Retrait américain de l’accord nucléaire: «une défaite» pour Washington, selon Rohani

0
Le président iranien, Hassan Rohani.(AFP)

Les États-Unis « ont subi une défaite » en se retirant de l’accord international sur le nucléaire iranien, a déclaré dimanche le président Hassan Rohani.

« Tout le monde sait que les États-Unis ont subi une défaite légale et politique en laissant tomber leurs obligations internationales et que nous avons remporté une victoire », a dit M. Rohani dans un discours à l’Université de Téhéran, à l’occasion de la rentrée universitaire.

« Seul un petit nombre de pays parlent du retrait des États-Unis (de l’accord nucléaire) comme d’une bonne décision », a ajouté le président iranien, dans ce discours retransmis en direct par la télévision d’État.

« Ceux qui font preuve de prudence expriment leur déception (face à cette décision), ceux qui sont plus francs disent que c’était une erreur, et les plus directs disent carrément que c’était illégal », a-t-il ajouté.

Le président américain Donald Trump a dénoncé unilatéralement en mai l’accord international sur le nucléaire iranien, affirmant que celui-ci n’offrait pas de garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique.

Conclu en 2015 à Vienne entre la République islamique et le groupe dit 5+1 (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie), cet accord a permis de mettre fin à l’isolement de l’Iran en levant une partie des sanctions économiques internationales en échange de l’engagement solennel de Téhéran de ne jamais chercher à se doter de l’arme nucléaire.

Le retrait des États-Unis de ce pacte a entraîné la rétablissement d’une première série de sanctions américaines contre Téhéran en août. Une deuxième vague doit suivre d’ici le 5 novembre, visant notamment le secteur pétrolier iranien et la Banque centrale.

– Réaction « vertueuse et sage » –

« Aucun gouvernement américain n’a été plus malveillant vis-à-vis de l’Iran, des Iraniens et de la République islamique que l’équipe actuelle », a jugé M. Rohani.

Le président iranien a néanmoins ajouté que les sanctions à venir n’auraient aucun effet supplémentaire sur son pays dans la mesure où « l’Amérique a déjà fait tout ce qu’elle pouvait » contre l’Iran.

M. Rohani a estimé que son pays avait répondu au retrait américain de manière « vertueuse et sage », laissant Washington « bredouille ».

Les Américains « s’attendaient à ce que nous quittions (l’accord) quelques heures seulement après l’annonce de leur départ. Que serait-il arrivé alors? L’affaire serait revenue devant le conseil de sécurité de l’ONU, se serait retournée contre l’Iran et nous nous serions retrouvés isolés », a-t-il déclaré.

Mais, au contraire, a ajouté M. Rohani, l’Iran n’a rien perdu à rester dans l’accord et peut s’en retirer « à tout moment » si ses intérêts ne sont plus garantis.

Les Chinois, les Européens et les Russes ont tous dit vouloir préserver l’accord de Vienne et travailler avec Téhéran pour permettre à l’Iran de bénéficier de ses retombées économiques.

Face aux pressions américaines, plusieurs grandes entreprises européennes et asiatiques ont toutefois annoncé au cours des derniers mois qu’elles renonçaient à leurs activités en Iran.

Les commentaires sont fermés.