Syrie: l’EI a repoussé les forces soutenues par Washington de son dernier réduit dans l’Est

0
Forces de la coalition antijihadistes et membres des Forces démocratiques syriennes (FDS), le 14 septembre 2018, à proximité du village de Soussa dans la province de Deir Ezzor près de la frontière irakienne. (AFP/Archives/Delil souleiman)

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a repoussé les Forces démocratiques syriennes (FDS), que soutiennent les Etats-Unis, de son dernier réduit dans l’est de la Syrie, a indiqué dimanche l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Un commandant des FDS, coalition de combattants kurdes et arabes, a confirmé sous le couvert de l’anonymat le retrait de la poche de Hajine, environ sept semaines après le lancement d’une offensive des FDS pour chasser l’EI de cette région frontalière de l’Irak.

Les FDS, soutenues par la coalition internationale anti-EI dirigée par Washington, ont lancé le 10 septembre l’ultime étape d’une offensive visant à mettre un terme à la présence de l’EI dans son dernier réduit dans la province de Deir Ezzor.

Après avoir progressé sur le terrain, les FDS ont subi un début de revers la semaine dernière, à l’ombre d’une tempête de sable ayant compliqué la couverture aérienne des combats au sol.

Vendredi, l’EI a lancé plusieurs contre-attaques meurtrières ayant forcé les FDS à abandonner toutes les positions qu’elles avaient reprises.

« A la faveur des contre-attaques menées entre vendredi soir et dimanche à l’aube, l’EI a repris aux FDS toutes les positions conquises dans la poche de Hajine », a indiqué à l’AFP le directeur de l’Observatoire, Rami Abdel Rahmane.

Selon l’OSDH, 72 combattants des FDS ont été tués dans ces attaques menées aussi à l’aide de ceintures explosives et d’attentats à la voiture piégée. L’Observatoire a fait état de la mort de 24 jihadistes.

Le commandant des FDS a attribué ces revers à une faible maîtrise du terrain par ses troupes, exacerbée par plusieurs tempêtes de sable.

Contrairement à l’EI, « nos forces ne connaissent pas la région et ne peuvent pas se déplacer dans des conditions de visibilité nulle », a-t-il expliqué à l’AFP.

« Des renforts militaires et des armes lourdes ont été envoyés sur le front et certaines unités seront remplacées par des unités plus expérimentées », a ajouté le commandant. « Nous lancerons une nouvelle campagne militaire dès que ces renforts seront arrivés ».

Depuis le 10 septembre, les combats ont fait environ 500 morts parmi les jihadistes et 300 dans les rangs des FDS, selon l’OSDH.

L’EI avait conquis en 2014 de larges pans du territoire syrien avant d’être acculés dans quelques poches.

Depuis 2011, le conflit syrien a fait plus de 360.000 morts, et poussé près de la moitié des habitants à fuir leurs foyers.

Les commentaires sont fermés.