Un attentat suicide dans une mosquée de l’armée afghane fait au moins 10 morts

8
Des soldats de l'Armée nationale afghane durant une cérémonie de graduation (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats de l’Armée nationale afghane durant une cérémonie de graduation (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un kamikaze a fait exploser une bombe lors de la prière du vendredi dans une mosquée remplie de soldats de l’armée afghane en prière dans la province de Khost, dans le sud-est de l’Afghanistan, faisant au moins 10 morts, a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Mais un responsable de la sécurité a déclaré que le bilan pourrait être au moins deux fois plus élevé, avec 30 autres blessés dans cette attaque d’une base militaire dans le district de Mandozai, près de la frontière pakistanaise.

“Le rapport initial que nous avons suggère que 10 personnes ont été tuées. Cela s’est passé pendant les prières du vendredi», a déclaré Talib Mangal, porte-parole du gouverneur de Khost.

L’attaque a eu lieu trois jours après que 55 érudits et religieux ont été tués par un attentat-suicide dans à Kaboul alors qu’il commémorait la naissance du prophète Mahomet.

Aucun groupe n’a revendiqué la responsabilité de l’une ou l’autre de ces attaques. Les Afghans et le gouvernement soutenu par les États-Unis sont aux prises avec une recrudescence des violences des insurgés des talibans et des États islamiques.

Un porte-parole du ministère de la Défense, Sayed Ghafoor Javid, a déclaré lors d’un entretien téléphonique qu’un hélicoptère avait été envoyé pour évacuer les blessés, mais il n’avait pas de chiffres précis sur le nombre de morts et de blessés.

Les talibans ont attaqué plusieurs bases de l’armée au cours des dernières années, mais l’incident de vendredi visant une mosquée était le premier du genre. Le groupe extrémiste État islamique, lui, a toutefois frappé de nombreuses mosquées et des rassemblements de musulmans chiites ces dernières années, faisant des centaines de morts.

L’attaque de ce vendredi indique également une nouvelle défaillance des services de sécurité de l’appareil de sécurité afghan, qui a subi de lourdes pertes au cours des dernières années. Le président Ashraf Ghani a estimé à 28 000 le nombre de morts des forces de sécurité nationales au cours des quatre dernières années.

*D’après le WaPo