Le commandant de l’Armée canadienne a souligné la Journée des vétérans autochtones

0
C’est aujourd’hui la Journée Des Vétérans Autochtones, en hommage aux anciens combattants autochtones qui ont servi dans les forces armées du Canada. (Forces armées canadiennes)

Le lieutenant-général Jean-Marc Lanthier, commandant de l’Armée canadienne, a souligné la Journée des vétérans autochtones.

«Aujourd’hui, à titre de champion des peuples autochtones de l’Équipe de la Défense, j’ai l’honneur de reconnaître et de saluer les nombreuses contributions remarquables des Premières Nations, des Inuits et des Métis – d’hier à aujourd’hui – qui ont servi au sein des Forces armées canadiennes.

«Chaque fois que notre pays a eu besoin d’aide, les collectivités autochtones du Canada ont fait d’énormes sacrifices. Plus de 12 000 membres des Premières Nations, Inuits et Métis ont servi au Canada et outre-mer pendant la Première Guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale et la guerre de Corée.

«Le tiers des Autochtones physiquement aptes se sont enrôlés pendant la Première Guerre mondiale. Dans certaines collectivités, tous les hommes âgés de 20 à 35 ans se sont enrôlés. Au moins 50 décorations ont été décernées à des Autochtones en reconnaissance de leurs actes de bravoure.

«Des femmes et des hommes autochtones ont également participé à toutes les grandes batailles et campagnes du Canada lors de la Deuxième Guerre mondiale, allant du débarquement de Dieppe à l’invasion de Normandie. Mary Greyeyes, Cri de Muskeg Lake en Saskatchewan, a été la première femme autochtone à s’enrôler dans l’Armée canadienne en 1942. Elle a servi au sein du Service féminin de l’Armée canadienne au Canada et en Grande-Bretagne.

«Plus de 200 Autochtones sont décédés lors de la Deuxième Guerre mondiale, et environ 18 décorations ont été décernées pour des actes de bravoure au combat. Certains ont assumé des rôles de tireurs d’élite et d’éclaireurs, et d’autres ont participé à des missions clandestines. Les « code talkers », comme Charles « Checker » Tomkins, un Métis de l’Alberta, transmettaient des messages codés en cri. Ce n’est que depuis quelques années que leur rôle secret a commencé à être reconnu.

«En Afghanistan en 2006, le caporal Jason Funnell, membre de la Nation haïda de la Colombie‑Britannique, a bravé un intense barrage de tirs ennemis pour secourir des camarades prisonniers d’un véhicule en panne. Il a reçu la Médaille de vaillance militaire du gouverneur général du Canada pour ses actes courageux.

«Cette fière tradition et ces actes héroïques, dont je n’ai mentionné que quelques‑uns des nombreux exemples des deux cents dernières années, démontrent comment les Autochtones ont, à maintes reprises, consenti des sacrifices et ont triomphé par l’entremise de leur service.

Conjointement avec le sergent-major de l’Armée canadienne, l’adjudant-chef Stu Hartnell, j’invite tous les Canadiens et Canadiens à rendre hommage aux anciens combattants autochtones aujourd’hui.»

Les commentaires sont fermés.