Jour du souvenir de commémoration à Montréal, 100 ans après la fin de la Grande Guerre (PHOTOS/VIDÉO)

0

De 1918 à 2018, 100 ans après le fragile armistice qui mit fin à la Première Guerre mondiale, Montréal s’est souvenu des soldats canadiens et français qui ont combattu pour la liberté et qui, pour nombre d’entre eux, ont donné leur vie.

C’est au Parc Lafontaine qu’une première cérémonie expressément dédiée aux morts français de Montréal et aux volontaires canadiens de l’armée française a eu lieu.

Avec la présence remarquée de la Garde républicaine et des officiers élèves des Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan, la commémoration du Centenaire de l’armistice a particulièrement ému certains, notamment avec les hymnes nationaux chantés par une chorale mixte composée de 100 élèves des Collèges Stanislas et Marie-de-France.


Voir la vidéo sur YouTube >>

En interview pour 45eNord.ca, le lieutenant Stéphane Bernard, commandant du peloton d’appui tactique de la Garde républicaine, a expliqué avoir choisi la Garde républicaine parce que c’est une unité qui concilie modernité et tradition au service des plus hautes autorités de l’État et qui est vraiment au fait des techniques d’intervention où chacun peut trouver sa place dans les misions les plus pointues ou les plus traditionnelles.

Il dit être présent à Montréal avec grand plaisir, notamment pour rappeler aux plus jeunes l’importance de perpétuer la mémoire. «On le voit aujourd’hui, le contexte sécuritaire se dégrade. Et la maintien de la paix est de plus en plus difficile et nécessite de plus en plus d’efforts et ce devoir de mémoire contribue aux efforts que l’on peut faire pour préserver la paix».

Malgré le froid mordant, mais qui n’est rien à comparer celui vécu par les soldats durant les hivers entre 1914 et 1918 dans les tranchées, le public est venu nombreux pour saluer la mémoire de ces anciens combattants qui n’ont pas hésité.

Le public était encore plus nombreux à la Place du Canada pour la grande cérémonie officielle, à laquelle ont pris part le lieutenant-gouverneur du Québec, la mairesse de Montréal ou encore la commandant de la 2e Division du Canada.

Pas moins de 53 couronnes ont été déposées au pied du mémorial de la Place du Canada.

Deux hélicoptères du 438e escadron tactique de Saint-Hubert et 21 coups de canons ont fait vibrer l’air.

Faire résonner le 11 novembre 1918 avec le 11 novembre 2018, c’était d’ailleurs le message des autorités.

La brigadier-général Jennie Carignan, commandant de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées Est a évoqué quant à elle la touche personnelle que revêt le 11 novembre pour les militaires actuels.

«Pour moi il y a toujours une certaine émotion qui est liée à ça parce que ça nous touche extrêmement de près parce que c’était des gens qu’on connaissait. Et on voit cette même dynamique avec nos vétérans de la Deuxième Guerre mondiale ou de la Guerre de Corée qui ont aussi perdu des camarades. C’est quelque chose qui est extrêmement près de nous quand les noms ont des visages et que ces visages on les connaissait personnellement. Alors les plus vieux comme les plus jeunes on a énormément en commun en ce sens là», d’affirmer la brigadier-général.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.