Migrants: les militaires américains pourront intervenir, armés de matraques, indique Mattis

54
Des soldats de la 19e infanterie, basée dans le Kentucky, installent des fils barbelés au bord du fleuve Rio Grande, à la frontière avec le Mexique, à Larado, au Texas, le 18 novembre 2018. (AFP/Archives/Thomas WATKINS)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats de la 19e infanterie, basée dans le Kentucky, installent des fils barbelés au bord du fleuve Rio Grande, à la frontière avec le Mexique, à Larado, au Texas, le 18 novembre 2018. (AFP/Archives/Thomas WATKINS)

Les militaires américains déployés le long de la frontière mexicaine à l’approche d’une colonne de migrants, pourront intervenir en cas de violences mais ne seront armés que de matraques, a indiqué mercredi à Washington le secrétaire à la Défense Jim Mattis.

Le Pentagone a reçu mardi soir une note de la Maison-Blanche lui donnant plus de latitude pour opérer à la frontière, notamment si les gardes-frontières demandent le soutien des militaires en cas de violences, a précisé M. Mattis à des journalistes au Pentagone.

Mais même si des soldats sont appelés en renfort en cas de tentative de forcer les postes-frontières, «aucun militaire ne sera armé», a-t-il assuré. «Ce seront probablement des membres de la police militaire équipés de boucliers, de matraques. Pas d’armes à feu».

Le président Trump, qui a ordonné le déploiement à la frontière, avait créé une polémique avant les élections de mi-mandat en laissant entendre que les soldats américains pourraient tirer sur les migrants si ceux-ci leur lançaient des pierres.

«S’ils lancent des pierres comme ils l’ont fait envers la police et l’armée mexicaines, je dis, considérez cela comme un fusil», avait-il lancé. Le lendemain, il était revenu sur ces propos, affirmant que les soldats «n’auraient pas à tirer.»

Le chef du Pentagone a indiqué n’avoir encore pris aucune décision sur la durée de ce déploiement, initialement prévu jusqu’au 15 décembre, car «ça dépendra de la mission».

La secrétaire à la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen devra «d’abord» demander une extension de la mission, a-t-il expliqué. «J’ai maintenant l’autorité de faire plus. On verra ce qu’elle demandera», a-t-il ajouté. Si elle demande le déroulement de davantage de barbelés, «ça prendra plus de temps».

M. Mattis a chiffré à 5764 le nombre de militaires déployés le long de la frontière mexicaine, qui s’ajoutent aux 2100 gardes nationaux déjà sur place. Le coût de l’opération est actuellement évalué à 72 millions de dollars mais «je suis sûr que ce chiffre va augmenter», a-t-il conclu.