Mise en garde de Pyongyang sur un retour à sa politique nucléaire

0
Photo prise le 29 août 2017 et fournie le 30 août par l’agence officielle nord-coréenne KCNA d’un tir de missile nord-coréen Hwasong-12 dans un endroit non précisé. (Archives/KCNA VIA KNS/AFP)

La Corée du Nord a prévenu les Etats-Unis qu’elle envisagerait « sérieusement » de revenir à sa stratégie politique de développement de son arsenal nucléaire si les sanctions économiques infligées à son pays n’étaient pas levées.
——
Mise à jour 04/11/2018

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo rencontrera « cette semaine » à New York le bras droit du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, Kim Yong Chol, a-t-il annoncé dimanche lors d’une interview sur la chaîne Fox News.

Mike Pompeo a également expliqué « ne pas être inquiet » de la mise en garde de Pyongyang, qui a expliqué envisager « sérieusement » de revenir à sa stratégie politique de développement de son arsenal nucléaire, avant cette rencontre avec celui qu’il a présenté comme son « homologue » nord-coréen. Il n’a pas précisé le jour exact de la rencontre.

——

Pendant des années, Pyongyang a mené une politique dite du « byungjin », ou « développement simultané » de ses capacités nucléaires et de son économie.

En avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait annoncé que la quête pour se doter de l’arme nucléaire était terminée et que le Nord se concentrerait désormais « sur la construction économique socialiste ». La péninsule connaît un « nouveau climat de détente et de paix », avait-il expliqué.

Dans un communiqué, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a déclaré que Pyongyang pourrait revenir à la politique du « byungjin » si les Etats-Unis ne changeaient pas d’attitude en matière de sanctions.

« Le mot +byungjin+ pourrait refaire son apparition et un changement de politique pourrait être sérieusement envisagé », selon ce texte publié vendredi soir par l’agence officielle KCNA.

(AFP/SAUL LOEB)
Lors de leur sommet historique à Singapour en juin, M. Kim et le président Donald Trump avaient signé une déclaration vague sur la dénucléarisation mais depuis, les négociations n’ont guère progressé.

En pointe des efforts internationaux menés en 2017 pour faire pression sur l’économie nord-coréenne, les Etats-Unis refusent un allègement des sanctions tant que le Nord n’aura pas procédé à une « dénucléarisation finale et entièrement vérifiée ».

Pyongyang a condamné les « méthodes de gangster » des Américains accusés d’exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

« L’amélioration des relations et les sanctions sont incompatibles », ajoute le communiqué signé par le directeur de l’Institut des études américaines du ministère des Affaires étrangères.

Toujours attendue, « la réponse correspondante des Etats-Unis », ajoute le texte.

La Corée du Nord, qui est soumise à de multiples sanctions de l’ONU du fait de ses programmes nucléaire et balistique interdits ainsi qu’à des sanctions unilatérales de Washington, se montre de plus en plus impatiente avec les Etats-Unis.

Le mois dernier, les médias officiels avaient accusé Washington de « double jeu » et critiqué implicitement Donald Trump pour des propos selon lesquels Séoul ne lèverait pas ses propres sanctions contre le Nord sans l’aval de Washington.

Des divergences d’approche sur le dossier nord-coréen sont apparues entre Séoul et son allié américain, qui déploie 28.500 soldats en Corée du Sud pour la protéger de son voisin.

Le président sud-coréen Moon Jae-in est partisan de longue date d’un dialogue avec le Nord. Il a fait miroiter à Pyongyang investissements et projets transfrontaliers pour l’inciter à la dénucléarisation. Washington martèle pour sa part que les sanctions doivent être maintenues tant que la dénucléarisation ne sera pas totale.

Les commentaires sont fermés.