Des navires américains passent à nouveau par le détroit de Taïwan

0
Le USS Stockdale (DDG-106) est un destroyer lance missile de la classe Arleigh Burke de la marine des États-Unis. (U.S. Navy)

Des navires de l’US Navy sont passés mercredi, pour la troisième fois cette année, par le détroit de Taïwan, qui sépare la Chine continentale de l’île, revendiquée par Pékin.

La lieutenant Rachel McMarr, porte-parole de la flotte américaine dans le Pacifique, a indiqué que le destroyer USS Stockdale et le pétrolier-ravitailleur USNS Pecos avaient franchi le détroit à l’occasion d’un déplacement de « routine ».

« L’US Navy continuera à voler, à naviguer et à opérer partout où le permettent les lois internationales », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Un responsable américain a indiqué à l’AFP que des navires chinois avaient manifesté leur « présence » mercredi, mais que les échanges entre les deux marines avaient été « sûrs et professionnels ».

La Chine «préoccupée» par le passage des navires américains

La Chine a pour sa part exprimer jeudi de sa « préoccupation » aux Etats-Unis après le passage la veille de navires de l’US Navy par le détroit de Taïwan, qui sépare la Chine continentale de l’île, revendiquée par Pékin.

« La Chine suivra avec attention et restera informée de tout passage par le détroit de Taïwan de navires de guerres américains, et a déjà exprimé sa préoccupation aux Etats-Unis », a déclaré lors d’une conférence de presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

Il a demandé à Washington de respecter le « principe de Chine unique » afin d’éviter de « nuire aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité du détroit de Taïwan ».

La Chine considère que Taïwan fait partie intégrante de son territoire, même si l’île est dirigée par un régime rival depuis 1949 et la fin de la guerre civile chinoise, alors que les Etats-Unis et de nombreux autres pays estiment se trouver dans les eaux internationales, ouvertes à tous.

Pékin avait fait part à Washington de ses « vives préoccupations » après le passage par le détroit, le 22 octobre, de deux navires de guerre américains, considérant la manœuvre comme un affront à sa souveraineté.

« La question de Taïwan concerne la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. C’est le dossier le plus important et le plus sensible des relations sino-américaines », avait alors réagi le ministère chinois des Affaires étrangères.

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinpin doivent se rencontrer cette semaine en marge du G20 en Argentine, où ils tenteront de résoudre le différend commercial qui empoisonne les relations entre leurs deux pays.

Les commentaires sont fermés.