Poutine et Abe veulent «accélérer» les discussions pour signer un traité de paix

0
Le président russe Vladimir Poutine (d) et le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Singapour, le 14 novembre 2018. (SPUTNIK/AFP/ Alexey DRUZHININ)

Le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont convenu à Singapour d’accélérer les pourparlers pour mettre un point final à la Seconde Guerre mondiale en ressortant un projet de traité de l’époque soviétique et se penchant sur le sort de quatre îles disputées.

« Nous avons relancé le dialogue avec les partenaires japonais exactement sur la base de la déclaration de 1956 », un document qui avait rétabli les relations diplomatiques entre le Japon et l’Union soviétique, a déclaré jeudi le président russe au cours d’une conférence de presse.

C’est principalement un différend autour de quatre îles volcaniques appelées les Kouriles du Sud par la Russie et les Territoires du Nord par le Japon qui a jusqu’à présent empêché les deux pays de parvenir à la signature d’un traité de paix. Tokyo considère officiellement les quatre îles annexées par l’URSS en 1945 comme « une partie inhérente du territoire du Japon ».

Or la déclaration de 1956 ne mentionne que le retour de deux des quatre îles une fois la paix signée.

Vladimir Poutine a précisé que la proposition, qui pourrait permettre aux deux pays de signer la paix, 70 ans après la Seconde Guerre mondiale, venait de son partenaire japonais.

« Hier, le Premier ministre japonais a déclaré que le Japon serait prêt à revenir aux discussions sur la base de la déclaration de 1956 ».

« Mais tout cela demande un examen approfondi (…), surtout que même dans la déclaration elle-même, tout n’est pas clair », a-t-il nuancé.

Le porte-parole de la diplomatie japonaise Takeshi Osuga a confirmé aux journalistes jeudi que les deux responsables avaient eu un entretien en tête-à-tête la veille d’environ une heure.

« Ce qui a débouché de ce sommet était que les deux leaders se sont entendus pour accélérer les négociations (…) sur la base de la déclaration conjointe entre le Japon et l’URSS de 1956 ».

Le Premier ministre japonais devrait se rendre en Russie « au début de l’année prochaine » dans cette optique, a-t-il précisé.

Un porte-parole du gouvernement a cependant souligné que pour Tokyo la question de la juridiction des quatre îles devait être réglée pour signer un traité, même s’il pouvait faire preuve de flexibilité sur le calendrier ou les conditions.

« Il n’y a pas de changement sur ce point », a indiqué le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, à Tokyo.

Les commentaires sont fermés.