Recrutement 2.0 en plein secteurs d’entraînement à Valcartier (PHOTOS/VIDÉO)

193
Série d'exercices de la réserve et de la régulière à Valcartier, le 24 novembre 2018, en présence d'un groupe de personnes intéressées à rejoindre les Forces armées canadiennes. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Une trentaine de personnes intéressées à rejoindre les Forces armées canadiennes ont eu la chance samedi 24 novembre de se rendre dans les secteurs d’entraînement de la base de Valcartier durant plusieurs exercices de la Première réserve et de la Régulière.

Le rendez-vous était donné à 10h du matin à la guérite principale de Valcartier. Les voitures se sont garées dans le stationnement et un bus scolaire est arrivé pour amener tous les intéressés.

Organisée conjointement par le Bureau de l’engagement des partenaires stratégiques, le Groupe de recrutement des Forces canadiennes, le Conseil de liaison des Forces canadiennes et certaines unités de la Réserve, cette visite se veut un essai – réussi – pour atteindre les objectifs de recrutement de manière plus optimales qu’avec une journée portes ouvertes, en étant très ciblé.


Voir la vidéo sur YouTube ­­>>

Au cours de la journée, la trentaine de personnes a pu voir la logistique, qui est évidemment fondamentale pour la réussite des opérations, manger des rations grâce au 34e Régiment du génie de combat, voir l’exercice Bombarde bordée avec l’Artillerie et être impressionnée par les tirs de canon M777 en sentant le ‘blast’, et finalement voir un exercice conjoint de la police militaire et du Royal Canadian Hussars avec des arrestations et des tentatives de fuites.

Des militaires d’expérience ont livré des témoignages ‘vrais’ sur les conditions de la guerre hivernale par exemple. On a pu entendre notamment ‘On gèle, on dors pas beaucoup, c’est exigeant, mais c’est un travail d’équipe et on passe au travers ensemble pour mieux réussir’.

En interview pour 45eNord.ca, le lieutenant-colonel Stéphane Tremblay, commandant du Régiment de Maisonneuve et du Groupe-bataillon territorial Montréal actuellement en entraînement avec le GPE 3, explique justement que même s’il n’a pas le contrôle sur la météo, la guerre hivernale fait partie de l’ADN même du Canada, pays nordique, et que les troupes se sont donc préparées en conséquence.

Cet exercice de la réserve du 34e Groupe-brigade du Canada, qu’ont pu voir les invités du jour, est préparatoire à celui de début janvier, aux États-Unis, à Fort Pickett, en Virginie, et qui sera le point d’orgue de la validation du GBT Montréal.

Le colonel Michael Canavan, commandant du 34e Groupe-brigade du Canada, rappelle pour sa part que le but c’est de s’assurer que toutes les troupes sont qualifiées au niveau 2 live, c’est à dire au niveau de section à tir réel, mais aussi pour les fantassins, les blindés et les ingénieurs de pratiquer leurs drills pour être fin prêts lors de crise au Canada, comme les inondations de 2011 et de 2017.

Le Centre R.I.R.E, qui se spécialise en accompagnement des personnes immigrantes vers le marché du travail, a aussi participé à cette visite.

Puisque le recrutement est fondamental, surtout avec la pénurie globale de main d’œuvre, plusieurs immigrants hautement qualifiés avaient été invités à prendre part à la visite.

Les résultats escomptés sont doubles: en ciblant davantage les besoins des Forces, le problème de la rétention devrait se résoudre en partie et puisque les Forces armées doivent représenter la population qu’elle sert, la diversité amenée au cœur de Valcartier durant cette journée, ne pourra que permettre aux Forces de s’enrichir via ses personnes qui ont toutes un rôle à jouer et quelque chose à apporter.