Cybersécurité: un rapport pour « éduquer » les Canadiens sur les risques

0
Le Centre canadien pour la cybersécurité publie le premier rapport canadien d’Évaluation des cybermenaces nationales. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Pour mieux éclairer les Canadiens sur les questions liées à la cybersécurité, le nouveau Centre canadien pour la cybersécurité a publié le tout premier rapport canadien d’Évaluation des cybermenaces nationales.

Ce premier rapport public produit par le Centre pour la cybersécurité traite des cybermenaces qui pèsent sur les citoyens, les entreprises et les infrastructures essentielles du Canada.

L’Évaluation des cybermenaces nationales cerne les tendances qui se dessinent dans l’environnement des cybermenaces et évalue les probabilités que ces cybermenaces se concrétisent ainsi que l’incidence qu’elles pourraient avoir sur les Canadiens.

Relevant du Centre de la sécurité des télécommunications, le Centre canadien pour la cybersécurité est l’autorité du gouvernement du Canada est matière de cybersécurité et la source unifiée de conseils, d’orientations, de services et de soutien spécialisés concernant les questions opérationnelles liées à la cybersécurité.

Un autre document rendu public aujourd’hui transmet de l’information générale sur l’environnement de cybermenaces au Canada, notamment sur les auteurs de cybermenaces et leurs motivations ainsi que sur les techniques et les outils qu’ils emploient.

«Nombre des cybermenaces mentionnées dans l’évaluation peuvent être atténuées grâce à la sensibilisation et à l’adoption de bonnes pratiques en matière de cybersécurité. En travaillant ensemble, nous rendrons le Canada plus fort et plus résilient face aux cybermenaces», prévient d’emblée  Scott Jones, dirigeant principal du Centre canadien pour la cybersécurité.

Selon l’agence fédérale, il est « fort probable’ que les Canadiens fassent l’objet d’activités malveillantes d’influence en ligne en 2019. La cybercriminalité est la cybermenace la plus susceptible de toucher les Canadiens et les entreprises canadiennes en 2019, et cela se traduira une nouvelle fois par le vol de grandes quantités de données personnelles et commerciales.

Dans le même temps, le Centre canadien pour la cybersécurité estime que ce sont les auteurs de cybermenaces parrainés par des États qui vont continuer de se livrer à des activités de cyberespionnage contre les entreprises et les infrastructures essentielles du Canada s’ils estiment que ces activités profiteront à leurs objectifs stratégiques nationaux.

Toutefois, il est « fort improbable » que des auteurs de cybermenaces parrainés par des États perturbent volontairement les infrastructures essentielles du Canada s’il n’y a aucun climat d’hostilité à l’échelle internationale.

L’agence, qui a passé beaucoup de temps à effectuer des analyses en profondeur, dit que ces acteurs liés des États créent des comptes sur les médias sociaux ou s’approprient des profils existants pour promouvoir du contenu « dans le but de manipuler les gens ».

Ils mettent en place des «usines à trolls» qui se composent d’employés payés pour envoyer des commentaires et partager du contenu sur les sites Web des médias traditionnels, les médias sociaux et tout autre site susceptible d’atteindre le public ciblé.

Avec la sortie de ce rapport pour mieux informer les Canadiens sur les risques en ligne et les conseils que le Centre pour la cybersécurité donne au gouvernement, l’amélioration des mesures de cybersécurité devrait permettre de « mieux contrer les cybermenaces. Ainsi, pour parvenir à leurs fins, les auteurs de cybermenaces devront investir davantage d’argent et redoubler d’efforts ».

Les commentaires sont fermés.