Message du Nouvel An de la gouverneure générale du Canada (VIDÉO)

0

Au cœur de notre belle capitale enneigée et sur le territoire traditionnel des algonquins, je vous salue. Dans la langue algonquine : Nidanami kwak kakina anishnabek.

Le temps des Fêtes est une période de réjouissances et de retrouvailles. C’est aussi l’occasion de prendre un moment de répit et de réfléchir à ce qui s’est passé au cours de la dernière année et ce qui s’en vient dans l’année nouvelle. Et puisque nous sommes au Canada, c’est l’hiver! Alors profitez-en bien et sortez prendre l’air!

Dans la dernière année, j’ai eu la chance de visiter le pays d’un bout à l’autre et j’ai rencontré des gens extraordinaires et talentueux de tous les horizons. Que ce soit à bord d’un sous-marin canadien au large d’Esquimalt, en Colombie-Britannique, ou en mer de Baffin près de Qikiqtarjuaq, au Nunavut, ou encore à Signal Hill qui surplombe l’océan Atlantique à St. John’s, à Terre Neuve, j’ai visité chaque province et chaque territoire d’un océan à l’autre.

Tout au long de l’année, nous avons reconnu l’excellence. Nous avons exploré des communautés et participé à de nombreuses conversations. À Rideau Hall, à la Citadelle et partout où je suis allée, je me suis assise, j’ai écouté et j’ai beaucoup appris. J’ai été très inspirée par ce que les Canadiens accomplissent chaque jour, ici et à travers le monde.

J’aimerais profiter de l’occasion pour saluer tous ceux qui servent le Canada en uniforme, au pays et à l’étranger. Sur la route, j’ai visité les troupes canadiennes en Ukraine et en Lettonie.

J’ai eu la chance d’encourager nos athlètes aux Jeux olympiques d’hiver à PyeongChang. Et je me suis rendu aux États-Unis, en Afrique de l’Ouest et en Belgique où nous avons souligné le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, la guerre qui devait mettre fin à toutes les guerres.

Les conflits surgissent lorsqu’on n’arrive pas à s’entendre. C’est un échec collectif. À bord de la Station spatiale internationale, les astronautes de nationalités et de milieux différents travaillent et vivent ensemble en harmonie. C’est peut-être ce que nous devrions tous faire un peu plus souvent, ici sur Terre. Et comme le dit le proverbe africain, « Seuls, nous pouvons aller plus vite, mais ensemble nous irons bien plus loin. »

Il y a quelques semaines à peine, j’étais au Kazakhstan où j’ai assisté au lancement de l’astronaute canadien David Saint-Jacques. C’était formidable! Nous sommes vraiment très fiers de David. Je suis certain qu’il s’apprête à célébrer la veille du Jour de l’An avec ses collègues astronautes en orbite tout en nous faisant un petit clin d’œil à nous, les terriens. Partout où ils se trouvent, les Canadiens font un travail remarquable. En tant que gouverneure générale, ce fut un honneur cette année de pouvoir leur démontrer mon appui, forger de nouveaux liens, favoriser la collaboration et encourager les gens à explorer de nouvelles idées. Nous ne devrions pas craindre l’inconnu ou la nouveauté car c’est la curiosité qui mène à la découverte et permet de repousser les frontières du savoir.

Vraiment, 2018 a été une année inoubliable. Nous vivons dans un monde complexe, en constante évolution. Nous partageons une magnifique planète, notre vaisseau spatial collectif, la planète Terre. Et nous sommes privilégiés de vivre dans un si beau et vaste pays : le Canada. Célébrons tous ensemble cette chance et rappelons-nous nos valeurs communes d’ouverture, de tolérance, de partage. En cette saison des Fêtes, donnons un coup de main à ceux qui en ont besoin. Prenons soin de ceux qui nous entourent et prenons le temps, toujours, d’apprécier nos êtres chers et nos communautés parce que c’est ce que nous avons de plus précieux. Bonne et heureuse année, Canada ! À la vie qui nous unit !

Les commentaires sont fermés.