Washington veut la Bosnie dans l’Otan, malgré ses divisions internes

0
Le secrétaire d’État américain adjoint John Sullivan, alors qu’ils s’adressait aux employés et au personnel de l’ambassade des États-Unis à Vienne (Autriche). [Photo du Département d’État]
Les Etats-Unis souhaitent que la Bosnie poursuive sa marche vers l’Otan, a déclaré lundi le numéro deux de la diplomatie américaine, en déplacement à Sarajevo, où ce sujet ne fait pas l’unanimité.

Le secrétaire d’Etat adjoint américain, John Sullivan, a par ailleurs affirmé que Washington était « déterminé à protéger » la « souveraineté et l’intégrité territoriale » de la Bosnie.

Il a à cet égard mis en garde contre « les appels à la sécession ou à l’établissement d’une troisième entité » dans ce pays où cohabitent depuis la fin de la guerre la Republika Srpska, l’entité des Serbes, et l’entité croato-bosniaque.

« Les Etats-Unis soutiennent avec enthousiasme la décision du gouvernement de Bosnie de poursuivre (la marche de ce pays vers) son adhésion à l’Otan », a déclaré le diplomate américain.

« J’ai exprimé ce point de vue au cours de la rencontre avec les trois membres de la présidence aujourd’hui. Nous avons discuté de la position américaine, qui est aussi ferme qu’elle ne l’a jamais été », a-t-il dit.

La Bosnie a été appelée début décembre par l’Alliance atlantique a présenter son « plan d’action », dernière étape avant de pouvoir officiellement être invitée à y adhérer. Un consensus est nécessaire dans ce pays pour avancer dans cette direction.

Mais c’est justement au sein de la présidence tripartite de Bosnie, dont les membres serbe, bosniaque et croate ont été élus en octobre, que cette perspective d’entrée dans l’alliance militaire occidentale ne fait pas l’unanimité.

Depuis son élection, le membre serbe de la présidence, Milorad Dodik, qui affiche sa proximité avec le président russe Vladimir Poutine et qui est visé par les sanctions américaines depuis 2017, a plusieurs fois répété sa ferme opposition à l’adhésion de la Bosnie à l’Otan.

Ce petit pays des Balkans, où une guerre intercommunautaire (1992-95) a fait quelque 100.000 morts, avant la signature de l’accord de pays de Dayton (Etats-Unis), reste déchiré entre ses trois communautés.

Ce conflit s’était achevé par le bombardement des positions des forces serbes par l’aviation de l’Otan.

Les Bosniaques (musulmans) représentent 50% des 3,5 millions d’habitants de la Bosnie. Près d’un tiers (31%) de la population est constitué de Serbes (orthodoxes) et 15% de Croates (catholiques).

« Nous avons à la présidence un consensus sur la voie européenne et j’ai eu l’occasion de dire qu’il n’y pas de consensus sur l’Otan parce que la Republika Srpska n’est pas prête à aller plus loin sur ce sujet », a déclaré Milorad Dodik à la presse, à l’issue de la rencontre avec le diplomate américain.

L’entité des Serbes a adopté en 2017 une résolution sur sa « neutralité militaire » par rapport aux alliances internationales.

Les commentaires sont fermés.