Un avion de patrouille maritime japonais aurait menacé un destroyer sud-coréen

20
L'armée sud-coréenne a dévoilé le 24 janvier des images tirées de deux vidéos montrant le vol «menaçant» d'un avion de patrouille maritime japonais près d'un de ses destroyers. (Ministère sud-coréen de la Défense)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’armée sud-coréenne a dévoilé le 24 janvier des images tirées de deux vidéos montrant le vol «menaçant» d’un avion de patrouille maritime japonais près d’un de ses destroyers. (Ministère sud-coréen de la Défense)
L’armée sud-coréenne a dévoilé aujourd’hui des images tirées de deux vidéos montrant le vol «menaçant» d’un avion de patrouille maritime japonais près d’un de ses destroyers, ayant eu lieu hier, rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap.

L’armée sud-coréenne a dévoilé aujourd’hui des images tirées de deux vidéos montrant le vol «menaçant» d’un avion de patrouille maritime japonais près d’un de ses destroyers, ayant eu lieu hier, rapporte l’agence sud-coréenne Yonhap.

Cette publication intervient après que Tokyo a nié qu’un avion japonais de patrouille maritime P-1 a volé hier à basse altitude près du destroyer sud-coréen Daejoyeong de 4.500 tonnes, plus précisément à 540 mètres de ce dernier à une altitude de 60 à 70 mètres, près du rocher submergé Ieodo, dans les eaux internationales au sud de l’île de Jeju.

La Marine a filmé le vol «provocant» du Japon avec une caméra infrarouge et un caméscope.

Une des images montre l’avion japonais passer côté tribord du destroyer à une altitude d’environ 60 mètres.

Une autre image de la caméra infrarouge montre l’engin voler à seulement 540 mètres du navire de guerre.

Il s’agit du troisième vol de la sorte ce mois-ci, affirme l’armée sud-coréenne. Un avion militaire japonais a volé vendredi dernier près du destroyer sud-coréen de 7.600 tonnes Yulgok YiYi, puis un autre mardi près du navire de débarquement de 4.500 tonnes Nojeokbong, disent les militaires sud-coréens cités par l’agence Yonhap.

L’amiral Katsutoshi Kawano, le plus haut officier des Forces japonaises d’autodéfense, a pour sa part rejeté les accusations de Séoul.

Le ministre japonais de la Défense Takeshi Iwaya a également rejeté les affirmations de Séoul, disant que l’avion japonais n’avait pas l’intention ni de raison de représenter une menace pour le destroyer.

Une dispute a éclaté le mois dernier quand Tokyo a affirmé qu’un navire de guerre sud-coréen a ciblé un avion de patrouille maritime japonais avec son radar de contrôle de tir le 20 janvier en mer de l’Est.

Séoul a rejeté cette allégation, expliquant que son navire portait secours à une embarcation nord-coréenne à la dérive dans la zone. Le gouvernement sud-coréen a par la suite accusé l’avion japonais d’avoir effectué un vol menaçant à basse altitude vers le navire, entravant ses efforts de recherche.

*Avec Yonhap