Indignation contre le manque de respect face au rang et à l’uniforme…

Temps de lecture estimé : 4 minutes
Force est d’admettre que malheureusement les médias sociaux sont le refuge moderne par excellence pour des individus malicieux, négatifs et désagréables. Ils sont le théâtre de messages, sous toutes les formes, qui vont du mensonge, aux attaques personnelles et en passant par le manque de respect.

Après tout, cela est très simple pour plusieurs personnes de publier des commentaires derrière le confort d’un clavier d’ordinateur et de contempler les «dommages» que feront leurs publications. Je suis pourtant convaincu que bon nombre de ces personnes n’auraient pas le courage et l’audace de dire «en pleine place» à une autre personne ce qu’elles publient. C’est triste, mais notre société est rendue là !

Toutefois, il y a certains domaines où le manque de respect est tout à fait inacceptable et il doit être dénoncé avec force et vigueur. Parmi ces domaines, le manque de respect face au rang d’un militaire et face à celui ou celle qui porte ou qui a porté l’uniforme est inacceptable et intolérable.

Dernièrement, je me suis fait traiter sur un ton méprisant à de multiples reprises et sur de multiples pages du média social Facebook de : «petit caporal»; «petit caporal de plomb» ; «de lanceur de pois»; et je vous épargne les autres insultes et attaques personnelles en lien avec ma carrière militaire. Que cela soit très clair, je suis extrêmement fier d’avoir servi le Canada comme membre des Forces armées canadiennes.

Pour ajouter de la provocation à ses insultes, l’individu en question sait pertinemment que je n’avais pas le rang de caporal. Par ces propos et son utilisation, il semble donc suggérer qu’avoir le rang de caporal revient à être «pas grand-chose» dans les Forces armées canadiennes. Honnêtement, je suis dégoûté par de tels propos et une telle utilisation, surtout venant d’un individu qui n’a probablement jamais porté l’uniforme de sa vie et qui ne connait rien des implications de la vie militaire.

Il n’y a pas de «petit caporal» dans les Forces, mais juste des Canadiens et Canadiennes qui servent notre pays avec honneur, fierté et dévouement.

Il n’y avait pas de «petit caporal» lors des rotations en Afghanistan, mais juste des militaires qui se sont donnés à fond pour assurer le succès de la mission.

Il n’y avait pas de «petit caporal» à l’hôpital américain de Landsthul en Allemagne, mais juste des hommes et des femmes qui ont été blessés en servant honorablement leur pays.

Il n’y avait pas de «petit caporal» dans les cercueils des convois qui ont circulé sur l’autoroute des héros, mais juste des hommes et des femmes qui ont donné leur vie pour maintenir nos droits, nos valeurs et nos libertés qui sont si chères à notre nation.

Il n’y a pas ou il n’y avait pas de «petit caporal» qui a développé une blessure de stress opérationnel ou pire encore qui s’est enlevé la vie, mais des hommes ou des femmes qui ont fait face à la dureté de la carrière militaire en étant confrontés à des situations traumatiques ou potentiellement traumatiques.

Il n’y avait pas de «petit caporal» dans les Forces lors des missions de la paix de l’ONU en Bosnie, au Rwanda ou ailleurs, mais encore, juste des hommes et des femmes qui voulaient faire une différence dans des pays en crise.

Il n’y avait pas de «petit caporal» dans les Forces lors des deux guerres mondiales, mais strictement des hommes et des femmes qui ont tout donné pour que le Canada soit le merveilleux pays dont nous bénéficions aujourd’hui.  

Le rang ne définit pas la personne. Le rang ne définit pas les forces et les qualités des individus. Tous les rangs sont importants dans les Forces armées canadiennes, car leurs porteurs ont tous des rôles essentiels à jouer dans l’atteinte des objectifs de l’organisation. S’il n’y avait de caporaux, de sergents, de lieutenants, de capitaines ou peu importe le rang, il n’y aurait tout simplement pas de Forces armées canadiennes. Utiliser le rang pour formuler des attaques personnelles démontre l’absence de respect et de connaissances au sujet l’organisation militaire canadienne et démontre la bassesse, la mesquinerie, la platitude, la petitesse, en fait, l’étroitesse d’esprit de la personne qui les formulent.  

De tels propos sont un manque de respect, pas strictement à mon égard, mais bien à l’endroit de tous les hommes et toutes les femmes qui portent ou qui ont porté fièrement l’uniforme des Forces armées canadiennes. Ils ne font que contribuer aux préjugés existants à l’égard des militaires et des vétérans. Ils n’ont tout simplement pas leur place et ils me répugnent.    

En terminant, plusieurs membres de la communauté des anciens combattants m’ont fortement suggéré de dévoiler le nom de la personne, sa page Facebook ainsi que son courriel. Leur logique était qu’avec les plus de 20 000 abonnés de la page Facebook de 45eNord.ca, nous aurions pu facilement envahir ses boîtes aux lettres pour dénoncer ses propos, lui demander des excuses publiques ou tout simplement lui dire ce que nous en pensons. Toutefois, je ne le ferai pas, car cela ne ferait que donner de l’importance à ses propos dégoûtants et encouragerait ce que je dénonce dans ce billet, c’est-à-dire le manque de respect.

Merci de partager ce texte et de dénoncer haut et fort tout manque de respect à l’égard du rang, de l’uniforme et des hommes et des femmes qui portent ou qui ont servi honorablement dans les Forces armées canadiennes. Je me souviens !