Infanterie 0010 #540 Rafale blanche et adjudant imperturbable

60
Temps de lecture estimé : 1 minute

Je ne crois pas que la Rafale blanche de cette année sera plaisante. Avec les différences de température qu’on a ces temps-ci et les changements climatiques et tout.

De la neige fondante ne m’étonnerait pas. Et c’est sans doute le pire à avoir quand on fait des manœuvres. Cette neige qui fond aussitôt qu’elle te tombe dessus, mouillant tes vêtements et qui se transforme en glace à cause du froid. Brrrrh !

Le seul qui peut vraiment endurer ça, c’est l’adjudant. Ce gars là, plus je vieillissais dans les lignes d’Infanterie, et plus je me posais de question sur lui à chacune des Rafales blanches que j’ai fait.

Comme la toute dernière que j’ai fait. Il avait 46 ans (mais avait d’avoir plus de 60), fumait comme une cheminé et faisait de l’embonpoint. Et pourtant, il endurait les intempéries bien mieux que la moitié des hommes de son peloton. C’était à croire que le froid et la fatigue ne l’affectait pas. Un adjudant, c’est impressionnant à cause de ça. Ils sont durs à cuire. Pas tous, mais un bon nombres d’entre eux.