Jody Wilson-Raybould devient ministre des Anciens Combattants et ministre associée de la Défense nationale

Jody Wilson-Raybould devient ministre des Anciens Combattants et ministre associée de la Défense nationale. (PMO)
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Jody Wilson-Raybould devient ministre des Anciens Combattants et ministre associée de la Défense nationale. (PMO)
Jody Wilson-Raybould, auparavant titulaire du portefeuille de la Justice, devient ministre des Anciens Combattants et ministre associée de la Défense nationale en remplacement de Seamus O’Reagan, qui devient ministre des Services aux Autochtones.

Le premier ministre Trudeau a été contraint de remanier son cabinet pour la deuxième fois en six mois à la suite de la démission du président du Conseil du Trésor, Scott Brison, la semaine dernière, ce dernier disant vouloir quitter la politique afin de consacrer plus de temps à sa famille.

Ce qui nous a conduit aujourd’hui à un mini-remaniement sans changement majeur, mais qui semble avoir été l’occasion pour le gouvernement Trudeau de rafraîchir son image aux Anciens combattants, où Jody Wilson Raybould sera la troisième ministre depuis la formation du gouvernement en novembre 2015.

M. Trudeau ayant décidé de confier la présidence du Conseil du Trésor à la ministre Jane Philpott, qui était jusque-là ministre des Services aux Autochtones, c’est Seamus O’Reagan, lui qui était titulaire du ministère des Anciens combattants depuis son entrée au cabinet il y a 18 mois, qui devient ministre des Services aux Autochtones et qui est à son tour remplacée aux Anciens combattants par Jody Wilson-Raybould.

La décision d’enlever à O’Regan le portefeuille des Anciens combattants , où il avait succédé à Kent Herr il y a 18 mois, intervient tout de même après plusieurs maladresses alors que les tentatives du gouvernement Trudeau de séduire les vétérans se sont avérées jusqu’ici plutôt vaines.

En décembre 2018, il a été critiqué pour avoir comparé les difficultés auxquelles il avait confronté lors de sa transition du journalisme à la politique aux politique aux difficultés auxquels étaient confrontés les militaires lors de leur transition à la vie civile à leur libération des Forces armées.

O’Regan a également été durement critiqué pour la décision prise par Anciens Combattants Canada de couvrir le coût des traitements du meurtrier emprisonné Christopher Garnier, fils d’un ex-militaire, mais qui n’a jamais lui-même servi dans les Forces armées canadiennes.

Jody Wilson Raybould, au contraire, n’a pas fait de vagues et a jusqu’ici échappé à la critique.

La nouvelle ministre des Anciens combattants, autochtone et avocate de formation, a été avant d’entrer au gouvernement la défenseure des intérêts et chef de file parmi les Premières Nations de la Colombie-Britannique.

Après avoir apporté son expérience au Cabinet dans le domaine de la loi, de la fonction publique et de la gouvernance des Premières Nations, elle se voit maintenant confier de nouveaux défis.

Dans sa lettre de mandat à sa nouvelle ministre des Anciens combattants, le premier ministre Trudeau lui a fixé comme objectif prioritaire de s’ assurer que le gouvernement est à la hauteur de son obligation sacrée envers les anciens combattants et leur famille. «Les anciens combattants et leur famille méritent notre respect et notre reconnaissance. Ils ne devraient pas avoir à lutter contre leur propre gouvernement pour obtenir le soutien et l’indemnisation auxquels ils ont droit. Vous devrez vous assurer que les vétérans reçoivent le respect, le soutien, les soins et les possibilités économiques qu’ils méritent. », peut-on lire dans la lettre de mandat.

Le premier ministre lui demande donc de veiller à reconnaître «le service de nos vétérans en leur offrant de nouvelles perspectives de carrière, en leur facilitant l’accès aux services, notamment les services de santé mentale, et en faisant davantage pour soutenir leur famille.» et lui demande de travailler en étroite collaboration avec le ministre de la Défense nationale afin d’assurer une transition harmonieuse pour les membres des Forces canadiennes vers les programmes et services offerts par Anciens combattants Canada.

Extraits de la Lettre de mandat de la ministre des Anciens combattants et ministre associée à la Défense nationale

  • Travailler avec le ministre de la Défense nationale afin de réduire la complexité des partenariats entre le ministère des Anciens Combattants et le ministère de la Défense nationale et de renforcer ces partenariats. En votre qualité de ministre des Anciens Combattants et de ministre associé de la Défense nationale, vous dirigerez les efforts qui seront accomplis pour rapprocher ces deux ministères et pour établir une feuille de route qui comprendra les principaux jalons de ces travaux et qui sera rendue publique.
  • Vous poursuivrez la mise en œuvre réussie des initiatives qui ont déjà été annoncées, dont les suivantes :
    • la hausse de l’indemnité d’invalidité;
    • l’élargissement de l’accès à l’allocation pour déficience permanente;
    • le versement, aux vétérans blessés, de 90 % de leur solde avant la libération et l’indexation de cette indemnité;
    • la nouvelle allocation d’études pour les vétérans;
    • la réouverture des neuf bureaux de services d’Anciens Combattants Canada, le nouveau bureau situé à Surrey, en Colombie-Britannique, l’expansion des activités d’information pour les vétérans des collectivités du Nord, l’embauche de nouveaux employés pour la prestation des services, et la mise en œuvre complète de toutes les recommandations du vérificateur général portant sur les services de santé mentale offerts aux vétérans;
    • la prestation de meilleurs services d’éducation, de soutien et de formation aux familles qui procurent des soins et du soutien aux vétérans ayant des problèmes de santé physique ou mentale en raison de leurs années de service, grâce à l’élargissement du Programme pour les familles des vétérans dans tous les Centres de ressources pour les familles des militaires;
    • l’élimination de la limite de temps imposée aux conjoints survivants pour faire une demande d’aide en vertu des programmes de réadaptation et d’assistance professionnelle;
    • le financement doublé pour le Fonds du Souvenir;
    • l’amélioration des services de transition de carrière afin d’aider les vétérans à acquérir des compétences en vue d’appuyer la transition réussie à la population active civile;
    • l’allocation de reconnaissance des aidants naturels, versée directement aux personnes qui appuient les vétérans;
    • le nouveau Fonds d’urgence pour les vétérans et le Fonds pour le bien-être des vétérans et de leur famille.
  • Rétablir les pensions à vie à titre d’option pour les vétérans blessés, tout en veillant à ce que chaque vétéran blessé puisse obtenir des conseils et du soutien d’ordre financier pour déterminer quelle forme de rémunération est la plus appropriée pour lui et sa famille.
  • Simplifier l’ensemble des prestations afin de réduire les chevauchements, d’alléger le fardeau administratif, et d’améliorer le rendement du personnel d’Anciens Combattants Canada ainsi que l’expérience vécue par les vétérans lorsqu’ils font la transition de la vie militaire à la vie civile et tout au long de leur vie lorsque leurs besoins changent. Il faudra également améliorer la transparence et les communications afin que les vétérans et leur famille puissent jouir d’une clarté et d’une prévisibilité des prestations et des services disponibles.
  • Améliorer l’aide à la carrière et l’assistance professionnelle offertes aux vétérans en veillant à ce que des possibilités d’emploi leur soient offertes à leur retour grâce aux ententes relatives aux avantages pour les communautés dans le cadre de nouveaux projets d’infrastructure financés par le gouvernement fédéral.
  • Adopter une norme plus élevée pour les services et les soins, et veiller à ce qu’une approche de type « un vétéran, une norme » soit notre objectif.
  • Créer un centre d’excellence en santé mentale pour améliorer les recherches et les pratiques exemplaires et établir un deuxième centre d’excellence là où le besoin est le plus criant.
  • Faire passer de 50 % à 70 % le montant des pensions de survivants.
  • Éliminer la disposition s’appliquant au « mariage après 60 ans » de sorte que les conjoints survivants puissent recevoir des pensions et des avantages médicaux adéquats.
  • Collaborer avec le ministre de la Défense nationale pour établir une stratégie de prévention du suicide pour le personnel des Forces armées canadiennes et les vétérans.