Nouvelle demande de soutien à la frontière mexicaine

76
Des soldats de la 19e infanterie, basée dans le Kentucky, installent des fils barbelés au bord du fleuve Rio Grande, à la frontière avec le Mexique, à Larado, au Texas, le 18 novembre 2018. (AFP/Archives/Thomas WATKINS)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats de la 19e infanterie, basée dans le Kentucky, installent des fils barbelés au bord du fleuve Rio Grande, à la frontière avec le Mexique, à Larado, au Texas, le 18 novembre 2018. (AFP/Archives/Thomas WATKINS)
Le Pentagone a annoncé vendredi avoir reçu une nouvelle demande du département de la Sécurité intérieure (DHS) pour soutenir les garde-frontières face à l’arrivée de migrants, sans préciser si des troupes supplémentaires seraient envoyées à la frontière avec le Mexique.

«Nous avons reçu aujourd’hui une nouvelle requête d’assistance du DHS», a indiqué un responsable du Pentagone ayant requis l’anonymat.

Il n’a pas précisé le contenu de la demande mais il a indiqué que le DHS demande des capacités pour effectuer une mission donnée et que le Pentagone détermine quels matériels et quels effectifs sont nécessaires pour accomplir cette mission.

Près de 5600 soldats ont été stationnés le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, pour soutenir les garde-frontières.  

Ce déploiement avait été annoncé par le président Donald Trump avant les élections législatives du 6 novembre, dans le but de contrer l’arrivée de plusieurs milliers de migrants faisant route depuis l’Amérique centrale vers les États-Unis.

Il devait se terminer à la mi-décembre. Mais le DHS a demandé au Pentagone de l’étendre jusqu’au 31 janvier, compte tenu d’une « menace continue » à la frontière.

Selon plusieurs médias américains, des soldats pourraient être déployés le long de la frontière en Californie et dans l’Arizona, mais il pourrait s’agir de simples mouvements de soldats déjà présents sur d’autres zones frontalières et non d’envois de soldats supplémentaires.

Selon une source militaire ayant requis l’anonymat, la demande du DHS ne prévoit pas de déploiements au-delà du 31 janvier.

Donald Trump reçoit vendredi élus démocrates et républicains pour tenter de mettre fin au shutdown qui paralyse partiellement les administrations fédérales, après l’installation d’un nouveau Congrès peu enclin à faire des concessions sur son projet de mur visant à endiguer l’immigration clandestine.