Ryad remplace son ambassadeur à Washington par une ambassadrice

63
la prinLa princesse Rima Bent Bandar Ben Soltane Ben Abdelaziz succède au poste d’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Washington au prince Khaled, frère de Mohammed ben Salmane, qui est soupçconné d'avoir commandité le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. (Twitter/@le1info)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
la prinLa princesse Rima Bent Bandar Ben Soltane Ben Abdelaziz succède au poste d’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Washington au prince Khaled, frère de Mohammed ben Salmane, qui est soupçconné d’avoir commandité le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. (Twitter/@le1info)
L’Arabie saoudite a remplacé son ambassadeur à Washington, selon un décret royal publié samedi, alors que les relations entre les deux alliés ont été mises à mal après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre dans le consulat de son pays à Istanbul.

La princesse Rima bent Bandar a été nommée au poste d’ambassadrice à Washington. Elle remplace le prince Khaled ben Salmane, frère cadet du puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, nommé ministre adjoint de la Défense.  

La princesse est la première femme à occuper ce poste.

L’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi début octobre dans le consulat saoudien à Istanbul par un commando venu de Riyad a profondément terni l’image des dirigeants saoudiens et embarrasse l’administration américaine, soucieuse de préserver son alliance stratégique avec le royaume saoudien.

Le Sénat américain a jugé que Mohammed ben Salmane était « responsable » du meurtre de Khashoggi, qui collaborait notamment au Washington Post.

Mais Riyad a toujours nié catégoriquement l’implication du prince héritier, mettant en cause des responsables moins haut placés, présentés comme des éléments « incontrôlés » et actuellement devant la justice saoudienne.

Une autre résolution adoptée par les sénateurs américains en décembre appellait le président Donald Trump à « retirer les forces armées américaines des hostilités au Yémen ou affectant le Yémen, sauf les forces américaines engagées dans des opérations visant Al-Qaïda ou des forces associées ».

Riyad est à la tête d’une coalition internationale qui soutient les forces progouvernementales contre les rebelles Houthis.