Demande acceptée du recours collectif des vétérans de l’Hôpital Sainte-Anne (VIDÉO)

162
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Wolf Solkin, 96 ans, entouré de ses camarades et frères d’armes de l’Hôpital Sainte-Anne, au Palais de Justice de Montréal, le 20 février 2019. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Mise à jour du 21 février, à 12h05

Dans un courriel envoyé à 45eNord.ca, le Ministère des Anciens combattants dit continuer de «travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Québec et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal pour garantir la qualité des soins et des services offerts aux vétérans à l’Hôpital Sainte-Anne», mais que puisque l’affaire est devant les tribunaux «il serait inapproprié de faire d’autres commentaires».


Des vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre de Corée qui poursuivent les gouvernements fédéral et provincial se sont rendus en cour aujourd’hui et ont obtenu que leur demande de recours collectif soit acceptée.

Sous la présidence du juge Donald Bisson, Wolf Solkin, 96 ans, accompagné de ses avocats, Mes Laurent Kanemy et Michel Savonitto, a fait entendre ses arguments à propos de la baisse de services et de soins constatés à l’Hôpital Sainte-Anne après son transfert du fédéral au provincial en 2016.

Voir la vidéo sur YouTube >>

Avec plusieurs de ses camarades, amis et frères d’armes, dont certains ont pris part au Débarquement de Normandie, M. Solkin se bat pour faire reconnaître que cette baisse de soins et de services n’aurait pas du avoir lieu alors que les vétérans de l’Hôpital payent une pension et que le gouvernement fédéral verse un per diem, afin que la qualité de vie, de soins, de services et de présence médicale soit maintenue.

Devant près d’une trentaine de soutien aux vétérans, Me Savonitto a expliqué au juge Bisson la détérioration qui se poursuit encore aujourd’hui. L’avocat s’est appuyé sur plusieurs témoignages d’employés, l’entente entre le fédéral et le provincial, ainsi que sur des rapports sénatoriaux.

45eNord.ca vous avait révélé en septembre 2018 que les vétérans de la Seconde Guerre mondiale et de la Guerre de Corée hébergés pour des soins gériatriques de longue durée à l’Hôpital Sainte-Anne étaient la victime du transfert de l’Hôpital du fédéral au provincial.

Nombre de ces vétérans sont anglophones et perçoivent une baisse de soins en raison de l’unilinguisme du personnel francophone ou le manque de compétence en langue anglaise du personnel soignant, une diminution de la présence de médecins omnipraticiens, mais aussi une diminution des services au niveau des médecins spécialistes, sans compter des repas, des bains ou des soins qui sont tout simplement sautés.

La perception de confort, de sécurité et de convivialité qui existait dans l’«ancien» environnement avant le transfert est désormais disparue et rend encore plus fragile l’état de santé de nos plus anciens des anciens combattants, en particulier ceux souffrant de problèmes de santé mentale.

Selon Me Kanemy, que 45eNord.ca a interrogé après l’audience, les avocats de la défense (représentant le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal) ne contestent pas les faits et ne s’opposent pas à la requête d’entendre la demande de recours de collectif.

Le juge Bisson a pris la question en délibéré et a affirmé que sa décision ne se ferait pas attendre très longtemps ! À peine deux heures plus tard et avec vingt pages de jugement écrites, le juge Donald Bisson a donc décidé d’autoriser le recours collectif !

M. Solkin nous a déclaré être bien évidemment ravi de cette décision et que cela démontrait à quel point le juge a vu l’urgence de la situation.

La suite… à venir !