Des centaines d’espions étrangers démasqués en 2018, affirme Poutine

0
«Grâce à des opérations spéciales réussies, les activités de 129 cadres et de 465 agents des services spéciaux étrangers ont été arrêtées» en 2018, a déclaré M. Poutine lors d’un discours devant les officiers des services russes de sécurité. (Service de presse du Kremlin)
Les services spéciaux russes ont démasqué l’an dernier des centaines d’espions travaillant au service de pays étrangers de plus en plus actifs en Russie, a affirmé mercredi le président russe Vladimir Poutine.

« Grâce à des opérations spéciales réussies, les activités de 129 cadres et de 465 agents des services spéciaux étrangers ont été arrêtées » en 2018, a déclaré M. Poutine lors d’un discours devant les officiers des services russes de sécurité (FSB, ex-KGB).

« Les services de renseignement étrangers aspirent à renforcer leur activité sur le territoire russe et cherchent à obtenir par tous les moyens des informations liées à la politique, l’économie, les sciences et les technologies » russes, a-t-il expliqué.

Le président russe a fustigé l’intensité des activités des espions étrangers, alors que la Russie est pour sa part mise en cause en Occident dans plusieurs scandales d’espionnage.

Parmi ces affaires figurent notamment l’empoisonnement en mars 2018 d’un ancien agent double russe, Sergueï Skripal, et de sa fille en Angleterre, attribué à Moscou par les responsables britanniques. Le Kremlin a fermement démenti toute implication.  

Lui-même ancien chef du FSB, M. Poutine a appelé ces services à travailler de manière « efficace » face à ce défi, notamment pour protéger « les données sur le développement, les essais et la production des systèmes d’armements prometteurs russes ».

« Le contrôle ici doit être le plus strict et le plus méticuleux », a-t-il souligné.

Ces déclarations interviennent au moment où Washington a suspendu sa participation au traité INF interdisant les missiles sol-sol d’une portée de 500 à 5500 km, accusant la Russie d’enfreindre les dispositions de ce document signé en 1987.

En retour, Moscou a fait de même et s’est donné deux ans pour développer de nouveaux missiles terrestres.

Fin février, lors de son discours annuel devant le Parlement, Vladimir Poutine a détaillé les avancées des programmes visant à créer de nouvelles armes russes, censées selon lui être « invincibles ». Les caractéristiques techniques de la plupart d’entre elles sont classées secrètes.

Les commentaires sont fermés.