La Corée du Nord reconnaît «officiellement» l’échec du sommet Kim-Trump

Des étudiants nord-coréens lisent le quotidien officiel Rodong Sinmun le 28 février 2019 à Pyongyang pendant le sommet Trump-Kim Jong-un à Hanoï. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L’agence de presse officielle nord-coréenne a pris acte pour la première fois, vendredi, de l’échec du récent sommet entre le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

« L’opinion publique ici et à l’étranger (…) éprouve des regrets, blâmant les Etats-Unis pour le sommet qui a pris fin sans un accord », écrit dans un éditorial l’agence KCNA qui n’avait pas mentionné jusqu’à présent l’échec de la rencontre historique entre les deux dirigeants le 28 février à Hanoï.

Donald Trump et Kim Jong-un s’était alors séparés sur un constat de désaccord après un sommet consacré à l’épineux dossier de la dénucléarisation de la péninsule nord-coréenne.

Le président américain avait imputé l’échec de la rencontre aux exigences de Pyongyang qui, selon lui, réclamaient la levée complète des sanctions économiques infligées à la République populaire et démocratique de Corée (RPDC, le nom officiel de la Corée du Nord).

A l’issue du sommet, les médias nord-coréens avaient simplement annoncé que Pyongyang et Washington avaient accepté de poursuivre leurs discussions « productives » sur le dossier nucléaire. 

Cette semaine, la télévision locale a diffusé un documentaire de 75 minutes sur la politique diplomatique de Kim Jong-un vis-à-vis de Donald Trump, mais sans mentionner l’échec du sommet de Hanoï.

Selon des experts américains, la RPDC a terminé la reconstruction d’un site de tir de fusées qu’elle avait commencé à démanteler.

Dans l’immédiat, les Etats-Unis semblaient cependant vouloir temporiser. Interrogé jeudi sur sa réaction, le président américain a seulement répondu, de manière évasive : « on verra », « on vous dira dans environ un an ».

Trump assure que ses relations avec Kim Jong-un restent «bonnes»

Donald Trump a assuré vendredi que ses relations avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un restaient « bonnes » malgré l’échec du récent sommet entre les deux hommes au Vietnam.

« Je pense qu’elles restent bonnes », a assuré depuis la Maison-Blanche le président américain, interrogé sur ses relations avec Kim Jong-un, une semaine après avoir échoué à conclure avec l’homme fort de Pyongyang un accord, même partiel, sur le désarmement nucléaire nord-coréen.