Deuxième foire de l’emploi sécurité et groupes d’interventions (PHOTOS/VIDÉO)

124
Samedi 9 et dimanche 10 s’est tenu au Palais des Congrès de Montréal la 2e foire de l’emploi sécurité et groupes d’interventions organisée par le 34e Groupe-brigade du Canada. (34e GBC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Samedi 9 et dimanche 10 s’est tenu au Palais des Congrès de Montréal la 2e foire de l’emploi sécurité et groupes d’interventions.

Organisée par le 34e Groupe-brigade du Canada, la foire de l’emploi a regroupé les Forces armées canadiennes, mais aussi des organisations comme le SPVM, la SQ, le SCRS, Sécurité publique Canada, les Commissionnaires, Garda World et encore bien d’autres.

Voir la vidéo sur YouTube >>

Le but du regroupement était d’offrir au public l’occasion de rencontrer les agents recruteurs qui présentaient et offraient différentes possibilités de carrières tel que des emplois temps plein, temps partiel et emplois d’étudiant ; avec ou sans uniforme.

Certains CV en main, d’autres avec un carnet de notes, mais tous avaient la même passion pour trouver un emploi dans la Défense nationale, la sécurité nationale, la sécurité publique, la sécurité civile ou la sécurité privée.

En plus des différents stands, les visiteurs ont pu au cours des deux jours s’essayer au tir à la C7 dans un simulateur de tirs d’armes des Forces armées canadiennes, voir l’intérieur d’un véhicule de patrouille tactique blindé, d’un camion de pompier ou d’une ambulance, caresser (ou pas) des chiens renifleurs, mais surtout prendre le temps de discuter avec les représentants des différentes organisations.

«Baser sur le réseautage qui se fait entre les différents employeurs, on s’est rendu compte que tous les défis qu’on a au niveau du recrutement, que ce soit au niveau de la diversité, du personnel féminin, sont les mêmes, alors se regrouper et de se coordonner, on rassemble nos ressources et c’est comme ça qu’on va avancer ensemble», d’affirmer l’adjudant Daniel Desroches du 34e Groupe-brigade du Canada en interview pour 45eNord.ca.

Pour sa part, Ingrid Cataldo, agente de recrutement au Service de police de la ville de Montréal a expliqué être présent pour faire la promotion du métier de policier notamment via le programme conventionnel, mais aussi donner aux intéressés de l’information sur les CÉGEP qui offrent les cours de technique policière et finalement les différentes possibilités de postes civils dans le domaine de la communication d’urgence ou bien de brigadiers scolaires. «C’est vraiment de répondre et informer la population sur ce qu’on fait et ce qu’on propose au SPVM», ajoute-t-elle.

Avec 33% de femmes au sein du corps policier, l’organisation est sans doute celle qui est la plus en avance sur les autres corps policiers et les Forces armées canadiennes (qui peinent à dépasser les 15%), mais ne se repose pas sur ses lauriers et continue de travailler fort pour atteindre un «effectif assez représentatif de la population».

Alors qu’une nouvelle année fiscale va bientôt commencer pour la plupart de ces organisations dans le domaine de la sécurité c’est donc un premier coup marqué et remarqué qu’elles frappent pour recruter les candidats et candidates dont elles ont besoin.