Exercices conjoints américano-sud-coréens: même réduits, c’est trop pour Pyongyang

25
Des Marines sud-coréens participent à l'opération de débarquement Foal Eagle avec les troupes américaines le 2 avril 2017 à Pohang, en Corée du Sud. (Chung Sung-Jun/Getty Images)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des Marines sud-coréens participent à l’opération de débarquement Foal Eagle avec les troupes américaines le 2 avril 2017 à Pohang, en Corée du Sud. (Chung Sung-Jun/Getty Images)
La Corée du Nord a dénoncé jeudi les manœuvres militaires conjointes en cours entre son voisin du sud et les États-Unis, affirmant que, même réduits, ces exercices étaient un « défi » pour les efforts de paix dans la péninsule coréenne.

Les États-Unis et la Corée du Sud ont annoncé dimanche qu’ils mettaient fin à leurs exercices militaires annuels conjoints de grande envergure, «Key Resolve» et «Foal Eagle», qui déclenchent régulièrement la colère de la Corée du Nord

Ces exercices sont remplacés par des manœuvres plus limitées «afin de préserver une solide préparation militaire» des forces stationnées en Corée du Sud, selon le ministère sud-coréen de la Défense.

Washington et Séoul ont parallèlement annoncé la tenue d’exercices militaires «modifiés» du 4 au 12 mars, appelés «Dong Maeng» ou «Alliance», présentés comme essentiellement défensifs.

Ce changement est sensé conforter le rapprochement entre les deux Corées, engagé de manière spectaculaire en 2018 parallèlement à l’ouverture d’un dialogue inédit entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Mais selon l’agence officielle du Nord, KCNA, «les activités de mauvais augure entre les armées sud-coréenne et américaine constituent une violation injustifiée de la déclaration commune entre les États-Unis et la RPDC (dénomination officielle du Nord NDLR) ainsi que des déclarations Nord-Sud s’engageant à mettre fin aux hostilités et à réduire les tensions militaires».

Ces critiques surviennent peu après l’échec du second sommet entre le président américain et le dirigeant nord-coréen, la semaine dernière au Vietnam.

La rencontre Trump-Kim a été écourtée sans même que les deux hommes se mettent d’accord sur une déclaration commune, contrairement à ce qui s’était passé lors de leur premier sommet à Singapour. Ils ont néanmoins tous les deux dit leur volonté de poursuivre les négociations.

Donald Trump a par ailleurs prévenu mercredi qu’il serait «très déçu» s’il se confirmait que la Corée du Nord avait entrepris de reconstruire un site de lancement de fusées, comme rapporté par des experts américains, sur la base d’images prises par satellite.