Gerald Butts et Michael Wernick pourraient être convoqués au procès du vice-amiral Norman

64
Le vice-amiral Mark Norman. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le vice-amiral Mark Norman. (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Me Marie Henein, l’avocate du vice-amiral Mark Norman, menace de faire témoigner en audience publique l’ancien conseiller principal du premier ministre Gerald Butts et le greffier du Conseil privé, Michael Wernick, s’ils ne produisent pas une série de documents qu’elle juge essentiels à la défense, rapporte aujourd’hui La Presse Canadienne.

Me Henein a lancé cet ultimatum lors d’une audience préliminaire ce matin au moment même où Gerald Butts, qui a récemment démissionné de son poste, témoignait devant un comité des Communes dans l’affaire SNC-Lavalin.

L’avocate du vice-amiral a déclaré au tribunal qu’elle se battait depuis le mois d’octobre pour obtenir les communications internes du bureau du premier ministre et du Bureau du Conseil privé, è qui elle a fait parvenir une assignation à produire des documents du premier ministre Justin Trudeau, de Gerald Butts et de Michael Wernick.

L’avocat du gouvernement, Derek Rasmussen, a répondu pour sa part que les courriels, les textos et les autres documents demandés par la défense étaient prêts à être examinés par la juge Heather Perkins-McVey, qui décidera en dernier ressort s’ils doivent être remis ou non à la défense.

Me Henein a quant à elle précisé qu’elle n’avait pas encore vu un seul document et que, si rien n’est fait d’ici le 18 mars, elle envisage d’envoyer des assignations à comparaître à M.M. Butts et Wernick ainsi qu’à d’autres hauts fonctionnaires.

Le vice-amiral Mark Norman a été suspendu de son poste de commandant adjoint de l’armée en janvier 2017 et accusé l’année dernière d’abus de confiance parce qu’il aurait divulgué des secrets gouvernementaux afin de sauver un contrat de construction navale de 700 millions, accordé au chantier naval Davie, de Lévis.

Il a nié tout acte répréhensible et ses avocats prétendent que le vice-amiral, ex-commandant de la Marine et ex-vice-chef d’état-major est un bouc émissaire et la victime dans cette affaire d’un jeu politique.