GUERRIER NORDIQUE 2019 à Resolute Bay (PHOTOS/VIDÉO)

0

Près de 200 membres du 35e Groupe-brigade du Canada se sont retrouvés du 2 au 9 mars au 74e parallèle, à 3 300 kilomètres de Québec, le long du passage du Nord-Ouest, bien au-delà du cercle polaire arctique pour prendre part à l’annuel GUERRIER NORDIQUE.

Le but de l’exercice est de certifier la capacité du Groupe-compagnie d’intervention Arctique (GCIA) à opérer sous ces latitudes dans un climat particulièrement hostile.

Ainsi, en cas de catastrophe dans l’Arctique canadien, les troupes du 35e Groupe-brigade du Canada seront prêtes à se déployer pour porter assistance à celles et ceux qui auraient besoin des Forces armées canadiennes.

Voir la vidéo sur YouTube >>

Le scénario de cette année tournait autour de l’écrasement d’un satellite militaire et de la récupération des pièces éparpillés dans l’Arctique.

Les troupes projetées se sont déployées sur Little Cornwallis Island et sur Devon Island à plus d’une centaine de kilomètres du QG installé à Resolute Bay, et avec des températures ressenties frôlant par moment les -50°.

Protégés de ce froid mordant et glacial par leur tente arctique entouré de blocs de neiges, et avec les nombreux conseils des Rangers, les soldats de la force de réserve ont pu ainsi se préparer à effectuer leur mission de recherche qui allait les balader sur les glaces de la mer arctique en skidoo ou en ski de fond.

«La protection des gens, le maintien de nos troupes, de leur efficacité, de leur santé, est excessivement important dans un milieu comme ca parce que un manque de discipline de la part des troupes peut rapidement les faire basculer vers un état de santé critique où on devrait avoir besoin de les retirer du terrain d’opération. Le but de la manœuvre c’est donc le contraire, de les amener à être disciplinés, qu’ils soient en mesure d’accomplir le tempo des opérations, incluant le retour», a expliqué en interview pour 45eNord.ca, le lieutenant-colonel Tony Poulin, commandant des Voltigeurs de Québec rencontré sur place.

Une grande première a également eu lieu au cours de GUERRIER NORDIQUE 2019, alors que les réservistes ont planifié et exécuté de bout en bout un largage de conteneurs (avec l’aide d’un CC-130 Hercules).

Que ce soit à Devon Island ou Little Cornwallis Island, les soldats ont ainsi pu recevoir trois palettes de 500 kilogrammes chacune contenant rations, eau et diesel.

L’exercice, s’il est cette année bien spécial, est préparatoire à l’exercice NUNALIVUT 2020 qui promet d’être grand et extrêmement challengeant pour les participants.

Des panneaux solaires bien utiles aux troupes déployées ! (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

L’INNOVATION AU SERVICE DES TROUPES

L’exercice GUERRIER NORDIQUE 2019 a été l’occasion pour le ministère de la Défense et pour les Forces armées canadiennes de tester plusieurs innovations récentes. Parmi elles, un système d’énergie renouvelable autonome et modulaire, qui a gagné en fin d’année dernière le grand prix du Défi Innovation de la Défense nationale.

Le système repose sur des panneaux solaires portables résistants au froid et flexibles qui permettent à chaque militaire de stocker de l’énergie pour garder leur équipement technologique chargé en permanence. Cela permet aussi et surtout de diminuer l’empreinte néfaste de l’utilisation du diesel et donc bien sûr diminuer les coûts en carburant.

Le sergent Patrick Levesque, G6 Plans et instructions à la 35e brigade, explique que le projet avait trois objectifs, soit la sécurité des gens en évitant de faire de nombreuses sorties de ravitaillement, l’économie d’énergie et l’empreinte écologique moindre.

Un panneau solaire standard si une cellule en vitre est brisée, le système ne fonctionne plus, alors qu’ici si il y a un carré de brisé, l’énergie est uniquement perdu dans le carré, le reste du panneau solaire fonctionne.

Un peloton déployé durant l’exercice a réussi a chargé tout son système de communication, radios, téléphone et système track24, avec l’énergie renouvelable. Une belle réussite qui ne demande qu’a être disséminée partout au sein des Forces armées canadiennes.

Les membres de l’ExecuTrek 2019 à Resolute Bay. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

DES EMPLOYEURS AU PLUS PRÈS DE L’ACTION

Une vingtaine de représentants d’organisations comme le CHU de Québec, VIA Rail Canada, la Banque nationale, RBC, la ville de Drummondville ou l’Université Laval se sont rendus également à Resolute Bay, sur invitation du Conseil de liaison des Forces canadiennes (CLFC), pour visiter les troupes déployées.

Le CLFC a pour mission d’encourager les employeurs à permettre la participation de leurs employés à la force de réserve pour servir leur pays.

Yves Desjardins-Siciliano, président du CLFC (Québec) s’est dit ravi de cette «expérience d’une vie» à laquelle tous les participants furent «fort impressionnés».

Lui-même, responsable d’une grande organisation qui emploie des vétérans, étant le président de Via Rail Canada, M. Desjardins-Siciliano rappelle que le CLFC «invite de temps à autre des employeurs à assister au programme d’entraînement des Forces armées canadiennes de façon à ce qu’ils puissent apprécier les compétences que développent les jeunes qui se joignent à la Réserve que ce soit en terme de logistique, mécanique, organisationnelle, mais aussi des qualités comme la ponctualité, la discipline, le leadership, l’esprit d’équipe, le sens de la mission, la résilience.

Les Forces armées canadiennes forment ses gens et cette formation ne coûte donc virtuellement rien à l’entreprise employant le réserviste, si ce n’est de le laisser partir faire sa formation.

Entre innovation, formation et projection, GUERRIER NORDIQUE 2019, c’est mission accomplie!

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.