Une «mission antiterroriste militaire» pour contrer les gilets jaunes

80
Patrouille de l'opération Sentinelle dans les rues de Paris. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Patrouille de l’opération Sentinelle dans les rues de Paris. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
La mission antiterroriste militaire Sentinelle sera mobilisée de manière «renforcée» samedi dans le cadre des manifestations des gilets jaunes en France afin de protéger des bâtiments officiels et autres «points fixes», a annoncé mercredi le gouvernement.

Cette initiative annoncée par le président Emmanuel Macron permettra aux forces de l’ordre de se «concentrer sur les mouvements, sur le maintien et le rétablissement de l’ordre», a indiqué le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, quatre jours après les violences sur les Champs-Élysées ayant marqué la 18e manifestation de gilets jaunes.

«On a à notre disposition cette mission Sentinelle assurée par des militaires et qui ont parfaitement vocation à sécuriser les lieux, comme d’ailleurs nos concitoyens ont l’habitude de les voir», a poursuivi M. Griveaux.

Manifestations interdites sur les très touristiques Champs-Élysées et dans certains quartiers des grandes villes en cas de présence d’«ultras», préfet de police de Paris limogé, contraventions alourdies : le premier ministre Édouard Philippe avait annoncé dès lundi une batterie de mesures pour répondre aux violences ayant émaillé la dernière manifestation des gilets jaunes, qui mènent depuis mi-novembre une fronde sociale et fiscale.

L’opération Sentinelle représente une mobilisation sans précédent de l’armée sur le territoire national depuis la guerre d’Algérie.

Des chiffres de 2017 faisaient état de 7000 militaires déployés en permanence-pour moitié en région parisienne-depuis les attentats de janvier 2015 à Paris.

Ces militaires protègent en France des sites religieux (synagogues, mosquées…), des lieux particulièrement exposés au risque terroriste ou très fréquentés (lieux touristiques, gares…). Ils sont présents de manière quasi permanente sur certains sites comme les aéroports ou les musées.

Une voiture du dispositif de Sentinelle avait été incendiée par des manifestants près de la Tour Eiffel le 9 février.