Trump annule des sanctions contre Pyongyang simplement parce qu’il aime bien Kim

38
Le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen se retrouvent dans la capitale vietnamienne pour un deuxième sommet. (AFP)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le leader nord-coréen Kim Jong Un (g) pose la main sur le bras du président américain Donald Trump (d) avant le début du sommet historique à l’hôtel Capella, le 12 juin 2018 à Singapour. (AFP/SAUL LOEB)
Alors que Pyongyang vient encore une fois de contourner les sanctions internationales et américaines, Donald Trump a annoncé vendredi qu’il annulait les mesures imposées par son propre ministère des Finances en représailles aux méthodes trompeuses de la Corée du Nord pour circonvenir aux sanctions qui lui sont imposées pour qu’elle renonce à son programme nucléaire.

«Le Trésor américain a annoncé aujourd’hui que des ‘sanctions supplémentaires à grande échelle’ (sic) seraient ajoutées à celles pesant déjà sur la Corée du Nord. J’ai ordonné aujourd’hui que ces sanctions supplémentaires soient retirées !», a tweeté Donald Trump.

Le président américain, qui a rencontré deux fois le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, semblait bien faire référence aux mesures annoncées, non pas aujourd’hui, mais hier, jeudi 21 mars, contre deux entreprises de transport maritime chinoises, accusées d’avoir commercé avec la Corée du Nord en dépit des sanctions internationales.

Ce ne serait pas la première fois que l’occupant de la Maison-Blanche ne comprend pas ce que fait sa propre administration.

Il pourrait toutefois s’agir de sanctions futures qui n’ont pas été annoncées et qui étaient programmées pour les « prochains jours », le président américain étant un peu confus dans la chronologie de cette affaire.

Décision prise par Trump contre toute évidence

Le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) du Département du Trésor des États-Unis avait annoncé la veille la désignation de deux sociétés de transport qui ont aidé la Corée du Nord à échapper aux sanctions.

L’action d’aujourd’hui (jeudi) met en lumière, disait le Trésor américain, les méthodes trompeuses utilisées par le régime nord-coréen pour contourner les sanctions internationales et américaines, ainsi que l’engagement du gouvernement américain à appliquer les résolutions existantes du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les deux sociétés, Dalian Haibo International Freight Co. Ltd. et Liaoning Danxing International Forwarding Co. Ltd. sont basées en Chine.

«Les États-Unis et nos partenaires aux vues similaires restent déterminés à réaliser la dénucléarisation finale et pleinement vérifiée de la Corée du Nord et sont convaincus que la mise en œuvre intégrale des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies relatives à la Corée du Nord est cruciale pour un résultat positif», avait déclaré aujourd’hui même le secrétaire au Trésor Steven T. Mnuchin, ajoutant « Le Trésor continuera à appliquer nos sanctions, et nous indiquons clairement que les compagnies de transport utilisant des tactiques trompeuses pour masquer le commerce illicite avec la Corée du Nord s’exposent à de grands risques. »

Mais, après avoir contredit dans le passé plusieurs membres de son administration, de l’ex-secrétaire d’État Rex Tillerson au respecté secrétaire à la Défense, voilà maintenant que l’occupant de la Maison-Blanche contredit son propre secrétaire au Trésor.

«Le président Trump apprécie le dirigeant Kim et il ne pense pas que ces sanctions soient nécessaires», a de son côté dit la porte-parole de l’exécutif américain, Sarah Sanders.

Adam Schiff, un démocrate qui préside la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, a vivement critiqué le président pour cette annulation de sanctions «imposées hier seulement et promues par son propre conseiller à la Sécurité nationale, parce qu’il « aime » Kim».

«Une imprudente naïveté est déjà assez dangereuse. L’incompétence flagrante et la confusion à la Maison-Blanche, c’est encore pire», a-t-il tweeté.

Jeudi, le conseiller à la Sécurité nationale de M. Trump, John Bolton, avait déclaré que les sanctions visaient à empêcher la Corée du Nord de se livrer à des «pratiques illicites dans le trafic maritime».

La Chine avait dénoncé ces sanctions contre deux de ses entreprises de transport maritime, affirmant qu’elle respectait les mesures internationales prises pour forcer la Corée du Nord à renoncer à son programme nucléaire.

*Avec AFP