Le commandant de Guantanamo relevé de ses fonctions

Un détenu de Guantanamo refuse de quitter la prison américaine. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
La prison de Guantanamo. (Archives/AFP)

Le commandant de la prison de Guantanamo, l’amiral John Ring, a été relevé de ses fonctions en raison d’un «manque de confiance dans ses capacités à commander», a indiqué lundi l’armée américaine.

La décision est intervenue le 27 avril et l’amiral Ring a été remplacé par son adjoint, le général John Hussey, a ajouté le commandement de l’armée américaine chargé de l’Amérique latine, sans apporter d’autres précisions sur les raisons de ce limogeage.

«Ce changement de commandement n’interrompra pas la sécurité et l’humanité des soins juridiques et de la garde de la population de détenus à Guantanamo», a affirmé cette même source.

Nommé en avril 2018 commandant de la force opérationnelle interarmées qui gère ce centre de détention, cible de nombreuses critiques, dans le sud-est de l’île de Cuba, l’amiral Ring devait quitter son poste à la mi-juin.

Il a été limogé à l’issue d’une enquête qui a duré un mois, a indiqué une porte-parole militaire au New York Times.  

Depuis son arrivée, l’amiral Ring avait plaidé pour la rénovation du centre de détention qui compte 40 détenus, âgés de 37 à 71 ans, afin de l’adapter à des prisonniers vieillissants qui ont de grandes chances d’y finir leurs jours.

Les 1800 militaires qui assurent le fonctionnement de la prison, des gardiens aux cuisines en passant par les patrouilles de surveillance maritime, sont aussi nombreux à être logés dans des baraquements vieillissants, certains totalement délabrés.

Ouvert en 2002 peu après l’arrestation des premiers djihadistes dans le cadre de l’intervention américaine en Afghanistan, en réponse aux attentats du 11-Septembre, Guantanamo a abrité jusqu’à 780 prisonniers.

La prison n’a reçu aucun nouveau prisonnier depuis 2008 mais le président Donald Trump a signé en janvier 2018 un décret sur son maintien en fonctions, signalant son intention d’y envoyer de nouveaux détenus.

Elle est programmée pour rester ouverte encore 25 ans, avait déclaré l’amiral Ring en octobre 2018.

La majorité des détenus à Guantanamo n’ont jamais été inculpés ni jugés.