Inondations au Québec: comment les Forces armées canadiennes peuvent intervenir

Des membres du 5e Régiment d'artillerie légère du Canada, effectuent des patrouilles de présence durant Opération LENTUS 17-03 à Saint-Ignace-de-Loyola, Québec, le 15 mai 2017. (Sgt Marc-André Gaudreault/Service d'imagerie Valcartier)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des membres du 12e Régiment blindé du Canada aident la population de Rigaud durant les inondations de mai 2017 dans le cadre de l’Opération Lentus. (Caporal Myki Poirier-Joyal/Section d’imagerie St-Jean/Montréal)

Alors que les cours d’eau de la province montent de plus en plus et que la situation empire heure après heure, 45eNord.ca fait le point sur le processus pouvant mener à l’intervention des militaires en cas d’inondations.


Mise à jour du 19 avril 2019, à 15h00

Les Forces armées canadiennes interviendront pour aider les autorités locales à faire face aux inondations.


Avec la crue des eaux qui est attendue au cours des prochaines heures, la Ville de Montréal est passée en mode intervention, la ville de Laval a déclaré l’état d’urgence, Rigaud demande à ses citoyens d’évacuer, Ottawa déclare l’état d’intervention accrue et Gatineau se prépare au pire et discute déjà de la possibilité de faire intervenir les Forces armées canadiennes.

Quand et comment intervenir ?

Essentiellement, les villes doivent faire la demande à la province, et la province doit elle-même entrer en contact avec Sécurité publique Canada en premier lieu, car les autorités provinciales et territoriales doivent être les premières à répondre à une grande catastrophe naturelle au Canada. Ce n’est que lorsqu’elles sont dépassées par les événements, qu’elles peuvent demander l’aide des Forces armées canadiennes (FAC).

Quand les militaires répondent à une telle crise, cela se fait dans le cadre de l’opération LENTUS, qui suit un plan d’action établi pour soutenir les collectivités touchées par la crise en question. Ce plan peut être adapté à diverses situations. Elles peuvent prendre la forme de feux de forêt, d’inondations, de tempêtes de verglas ou d’ouragans.

Les objectifs de l’Op LENTUS sont :

  • Venir en aide les autorités provinciales et territoriales;
  • Répondre rapidement et efficacement à la crise;
  • Stabiliser la situation liée à la catastrophe naturelle.

Le nombre de personnes déployées dépend de l’ampleur de la catastrophe naturelle. Les autorités provinciales présentent une demande d’aide indiquant dans quelle mesure elles ont besoin de l’aide des FAC.

À partir de là, les Forces armées canadiennes déterminent le nombre de personnes et le type de ressources à envoyer, notamment grâce à l’envoi initial d’équipes de reconnaissance sur le terrain.

Au cours des dernières années, ce chiffre s’est situé quelque part entre 60 et 2 600 militaires. L’opération pourrait également impliquer des navires, des véhicules, des aéronefs et divers types de matériel.

Les tâches pour chaque édition de l’opération LENTUS dépendent du type de catastrophe naturelle.

Parmi les tâches fréquentes, citons :

  • Remplir, distribuer et placer des sacs de sable.
  • Nettoyer des feux.
  • Évacuer des gens.
  • Transporter des gens.
  • Offrir de l’aide aux collectivités isolées.
  • Aider les responsables du maintien de l’ordre et les autorités provinciales à diffuser l’information au public.
  • Effectuer un suivi auprès des habitants.
  • Évaluer l’infrastructure.

Attention toutefois, le rôle des militaires ne peut être la protection des maisons, mais bien la protection des personnes.

Au Québec, la précédente intervention des Forces armées canadiennes pour les inondations remontent au printemps 2017.

Ce sont 2 600 militaires provenant de 72 unités de l’Armée canadienne, de quatre escadrons de l’Aviation royale canadienne, de trois unités de la Réserve et d’un navire de la Marine royale canadienne, qui ont été déployé entre le 6 mai et le 5 juin 2017.