Inondations au Québec: les Forces armées canadiennes interviendront

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbaut, demande l'intervention des Forces armées canadiennes. (@GGuilbautCAQ/Twitter)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, demande l’intervention des Forces armées canadiennes. (@GGuilbaultCAQ/Twitter)

Le ministre de la Sécurité publique du Canada, Ralph Goodale a dit avoir accepté immédiatement la demande d’aide de son homologue provinciale du Québec, Geneviève Guilbault.


Mise à jour du 20 avril 2019 à 9h00

Le Major Philippe-André Genest, officier de liaison principale de la Force opérationnelle interarmées Est,a indiqué à 45eNord.ca que cinq équipes de reconnaissance d’une douzaine de personnes chacune ont été envoyées en Outaouais, à Montréal-Laval-Laurentides-Lanaudière, Montérégie-Estrie, Mauricie-Centre-du-Québec, et Capitale nationale-Chaudière-Appalaches afin d’évaluer les besoins.

Ces équipes équipes comprennent, notamment, du personnel d’opération, du personnel logistique, des officiers de liaison, etc. pour être capable de bien évaluer les besoins en collaboration avec les partenaires des Forces armées des différents paliers gouvernementaux.

Les Forces armées canadiennes, indique le major, tentent en ce moment de faire l’évaluation le plus rapidement possible afin, si le besoin se fait sentir, de prévoir un déploiement dans ces régions. La demande d’aide ayant été faite plus tôt cette année, les Forces armées peuvent agir cette de façon beaucoup plus préventive que lors des précédentes inondations.


L’intervention des Forces armées canadiennes est rendue nécessaire, selon Mme Guilbault afin «d’atténuer les conséquences sur la population, les infrastructures et les services essentiels».

Ce déploiement sera appelé Opération LENTUS 19-02. Les FAC envoient également des équipes de reconnaissance au Nouveau-Brunswick, pour donner suite à une demande semblable d’aide fédérale présentée par cette province, et ce déploiement sera appelé Opération Lentus 19‑01.

Au Québec, la ministre Guilbault a affirmé lors d’un point de presse à 14h ce vendredi 19 avril avoir d’ores et déjà discuté avec la brigadier-général Jennie Carignan, commandante de la 2e Division du Canada et de la Force opérationnelle interarmées Est. Elle a tenu a souligné sa «collaboration» qui est toujours «excellente».

Le premier ministre québécois, François Legault, quant à lui, a dit suivre de près la situation, «en particulier à Laval, Gatineau, Rigaud, Beauceville et Saint-Raymond».

Et de son côté lors d’un point de presse à 17h00, Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire du ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité, a évoqué un déploiement militaire dans les régions de Gatineau et de Laval.

Mais on en saura davantage après les recommandations des équipes de reconnaissance des Forces armées canadiennes.

Les Forces armées canadiennes ont en effet entrepris dès aujourd’hui d’envoyer des équipes de reconnaissance de la Force opérationnelle interarmées de l’Est pour appuyer les efforts d’aide aux sinistrés de la province de Québec.

Les équipes de reconnaissance commenceront immédiatement à travailler avec les partenaires provinciaux et municipaux afin de cerner les secteurs où l’appui des Forces armées canadiennes sera le plus utile dans le cadre de la demande d’aide fédérale.

Ces équipes seront alors en mesure de faire d’autres recommandations sur les capacités et l’effectif requis, ainsi que sur les endroits où les Forces armées seront les plus efficaces.

À la lumière de ces recommandations, les Forces armées canadiennes auront alors une unité d’intervention immédiate prête à intervenir rapidement pour venir en aide aux sinistrés.

Précipitations soutenues et hausses des températures

La demande du provincial intervient cette année plus tôt que lors des précédentes inondations, les deux paliers gouvernementaux disant avoir beaucoup appris des leçons du passé.

Les prévisions météo prévoient un cocktail détonnant entre des précipitations soutenues durant plusieurs jours et une hausse marquée des températures.

En raison des données dont nous disposons sur l’augmentation de la crue des eaux au cours des prochains jours dans plusieurs régions du Québec, j’ai demandé l’assistance des Forces armées canadiennes au ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, M. Ralph Goodale. Je réitère qu’il est important que les citoyens restent à l’affût des informations diffusées par leur municipalité afin d’être prêts à toute éventualité. Je tiens à souligner la conduite exemplaire de plusieurs citoyens, élus et municipalités qui depuis le début prennent des mesures de prévention importantes en vue des prochains jours.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale

Qu’est-ce que l’opération LENTUS

La coordination de l’intervention fédérale en cas d’urgence au Canada incombe à Sécurité publique Canada. Le personnel des Forces armées est en constante communication avec Sécurité publique Canada, ainsi qu’avec les autorités provinciales et ses autres partenaires fédéraux.

Le protocole pour que les Forces armées canadiennes interviennent en cas de catastrophe naturelle est bien encadré et établi.

Quand les militaires répondent à une telle crise, cela se fait dans le cadre de l’opération LENTUS, qui suit un plan d’action établi pour soutenir les collectivités touchées par la crise en question après avoir établi quels sont les besoins.

Parmi les tâches fréquentes lors d’inondations, les militaires peuvent être amenés à :

  • Remplir, distribuer et placer des sacs de sable.
  • Évacuer des gens.
  • Transporter des gens.
  • Offrir de l’aide aux collectivités isolées.
  • Aider les responsables du maintien de l’ordre et les autorités provinciales à diffuser l’information au public.
  • Effectuer un suivi auprès des habitants.
  • Évaluer l’infrastructure.

Mesures ou état d’urgence décrétés dans plusieurs villes

Nombre de villes ont pour leur part déjà annoncé des mesures d’urgence ou l’état d’urgence.