Les ministres de la Défense et des Anciens combattants soulignent le Jour de la bataille de la crête de Vimy

0
Le Mémorial national du Canada à Vimy (Photo: Archives/ACC)
Lawrence MacAulay, ministre des Anciens Combattants et ministre associé de la Défense nationale, et Harjit S. Sajjan, ministre de la Défense nationale, ont fait la déclaration suivante pour souligner le Jour de la bataille de la crête de Vimy :

« Il y a plus d’un siècle aujourd’hui, durant la Première Guerre mondiale, le Corps canadien a avancé sur les positions défensives allemandes sur la crête de Vimy dans le nord de la France.

Les Canadiens ont lancé l’assaut tôt le lundi de Pâques, le 9 avril 1917, une première vague de Canadiens avançant derrière un barrage roulant. Même si cette tactique d’artillerie assurait un certain couvert, nos soldats étaient quand même exposés à des tirs de mitrailleuses ennemies.

De violents combats se sont ensuivis. Le lendemain, le Corps canadien s’est emparé du point élevé principal de la crête qu’on appelait la côte 145. Le 12 avril 1917, ils ont pris une colline secondaire connue sous le nom du Bourgeon pour mettre fin aux combats à Vimy et forcer le retrait des Allemands.

Le coût de la victoire a été élevé. Des quelque 100 000 Canadiens qui se sont battus à la crête de Vimy, il y a eu plus de 10 600 victimes à la fin de la bataille, dont près de 3 600 qui ont perdu la vie.

Après la guerre, la France reconnaissante a cédé au Canada la terre où se trouve aujourd’hui le Mémorial national du Canada à Vimy. Sont gravés sur le monument les noms de 11 285 soldats portés disparus et présumés morts en France durant la Première Guerre mondiale et dont on ignore le dernier lieu de repos.

La bravoure et les sacrifices dont ont fait preuve les soldats canadiens durant la bataille de la crête de Vimy ont donné lieu à une des plus impressionnantes victoires alliées de toute la Première Guerre mondiale. Dans ces circonstances tragiques, la reconnaissance internationale du Canada en tant que pays à part entière s’est accrue et a valu à notre pays une place parmi les signataires du Traité de Versailles en 1919. Les gestes courageux des militaires canadiens lors des grands conflits de la première moitié du XXe siècle, ainsi que ceux des membres des Forces armées canadiennes au cours des dernières années, ont contribué à ce que la paix et la liberté demeurent des piliers de la société canadienne.

Les commentaires sont fermés.