Menace russe sur les pays baltes: des armes non-conventionnelles évoquées

96
Passation de commandement du Groupement tactique multinational de la présence avancée renforcée en Lettonie, le 9 janvier 2019 (FAC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Passation de commandement du Groupement tactique multinational de la présence avancée renforcée en Lettonie, le 9 janvier 2019 (FAC)
Équiper l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie d’armes non-conventionnelles pourrait leur permettre de dissuader la Russie d’envahir un ou plusieurs de ces trois États baltes situés à sa frontière ouest, comme Moscou l’a fait en Crimée, selon un rapport américain publié lundi.

Ces trois petits pays «sont quotidiennement soumis à des opérations de propagande et de désinformation russes» destinées à saper la confiance des populations dans leurs institutions, fomenter des tensions et éroder le sentiment de sécurité que leur accorde l’OTAN, indique ce rapport du centre de recherche RAND, commandé par le département américain de la Défense.

Des capacités non-conventionnelles «peuvent compléter les efforts conventionnels actuels, améliorer les systèmes d’alerte en cas d’attaque, renforcer les défenses initiales et gagner du temps pour permettre à l’OTAN de répliquer de façon conventionnelle», précise le principal auteur du rapport, Stephen Flanagan.

Ébranlés par l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie et par un conflit avec des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine ayant fait près de 13 000 morts, les trois États baltes, qui ont tous une minorité russophone, sont déjà en train de renforcer leurs unités de forces spéciales.  

Mais les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne pourraient par exemple, selon ce document, renforcer la coopération en termes de gestion de crises, de renseignement, de résistance, de lutte contre la désinformation.

L’idée est d’organiser la défense de chaque pays autour de quatre niveaux de résistance. Des unités dites «violentes», constituées d’agents des forces spéciales, de réservistes et de soldats d’unités déjà vaincues, seraient chargées de mener des embuscades ou de libérer des prisonniers.  

Des unités équipées de moyens inférieurs et formées par des policiers ou des amateurs de tir seraient chargées d’opérations de sabotage.

Les civils seraient appelés à soutenir la résistance en rassemblant du renseignement, en soignant les blessés et en nourrissant les combattants. Enfin, les civils seraient appelés à la désobéissance civile pour produire des programmes d’information pro-gouvernementaux.

La RAND Corporation recommande donc de fournir aux États baltes des jumelles de vision nocturne, des téléphones satellites, des ordinateurs portables, des caméras portables, des véhicules tout-terrain et des armes de petit calibre, voire d’alarme. Le coût de ce programme est évalué à 125 millions de dollars.