Le NCSM Toronto a terminé son déploiement en mer Noire

261
Le navire de guerre canadien NCSM Toronto alors qu'il entrait dans la mer Noire le 6 septembre 2014 pour prendre part à l'exercice multinational SEA BREEZE avec l'Ukraine, des États-Unis et d'autres nations à compter du 8 septembre (photo tirée du compte Twitter du NCSM Toronto)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le NCSM Toronto était en mer Noire avec le 2e Groupe maritime permanent OTAN (SNMG2), entre le 28 mars et le 17 avril 2019, pour effectuer diverses patrouilles de surveillance de la situation maritime et des exercices d’interopérabilité avec d’autres marines.

Durant cette période, le Toronto a assuré une forte présence canadienne et a favorisé l’établissement de solides relations avec les alliés de l’OTAN et la marine ukrainienne.

Le commandant du navire, le capitaine de frégate Martin Fluet, estime que «ces patrouilles de routine dans la mer Noire ont été une grande réussite et nous ont permis de développer et d’améliorer notre interopérabilité avec nos partenaires et nos alliés dans cette partie du monde.»

Le Toronto a fait escale au port d’Odessa, en Ukraine, du 1er au 3 avril, dans le but de participer à des visites officielles, des dîners diplomatiques, des tours guidés de navire et des rencontres avec des représentants militaires ukrainiens.

«La véritable valeur de cette visite de l’OTAN à Odessa, c’est qu’elle représente un gage de coopération permanente et d’échange de compétences et d’idées, pour une collaboration plus étroite dans le cadre de notre partenariat pour la paix dans l’avenir», a déclaré le lieutenant de vaisseau Nathan Jenkins, officier des opérations du Toronto.

Le 4 avril, le Toronto a mené des exercices d’interopérabilité avec la marine ukrainienne, notamment des exercices de manœuvres, de communication et de tir au canon. Le but de ces activités était d’appuyer la participation accrue du Canada et de l’OTAN au renforcement des capacités des forces militaires de l’Ukraine. Ces exercices maritimes ont permis à la marine ukrainienne d’en apprendre davantage sur les pratiques exemplaires de l’OTAN, en vue de son adhésion à l’OTAN.

Une fois ces activités terminées, le Toronto est allé rejoindre le SNMG2 pour effectuer des patrouilles de surveillance de la situation maritime.

Après plusieurs jours en mer, le groupe opérationnel a fait escale au port de Constanta, en Roumanie. Le Toronto a eu d’ailleurs le privilège d’accueillir à son bord le président roumain Klaus Iohannis.

L’équipage a ensuite rejoint leurs homologues roumains pour participer à l’exercice SEA SHIELD, du 8 au 12 avril.

Il s’agissait d’une activité d’entraînement d’une semaine, organisée par la Roumanie dans le but d’améliorer les compétences dans les disciplines de guerre et d’atteindre un niveau uniforme d’interopérabilité entre les alliés de l’OTAN. Le Toronto a dirigé l’une des premières séries d’exercices en offrant une cible Hammerhead pour l’exercice de tir, ce qui a permis aux navires alliés de s’exercer à l’acquisition d’objectif et au tir.

Le commandant du SNMG2 a félicité le commandant du Toronto pour l’exécution efficace et sans heurt de l’activité.

Maintenant que le SNMG2 a quitté la mer Noire et qu’il est de retour dans la Méditerranée, le Toronto se rendra au port de Civitavecchia, en Italie, pour une période de repos et de maintenance. Cette étape permettra à l’équipage de se reposer et de se remettre du rythme opérationnel effréné qu’imposaient les patrouilles dans la mer Noire, et lui donnera le temps d’effectuer l’entretien de mi-parcours du navire et de l’hélicoptère.

Une fois la période de repos et de maintenance terminée, le Torontoreprendra la mer pour continuer sa mission visant à représenter le Canada et à soutenir la présence de l’OTAN dans la mer Méditerranée, dans le cadre de l’opération REASSURANCE.