Opération Nanook-Nunalivut: les forces armées canadiennes affûtent leurs compétences nordiques au-dessus du cercle arctique

0
Les forces armées canadiennes affûtent leurs compétences « temps froid » au-dessus du cercle arctique, aux côtés d’autres pays de l’OTAN et de pays partenaires . (OTAN)
L’opération Nanook-Nunalivut 2019, qui avait débuté le 17 mars, s’est terminés lundi 1er avril, permettant aux forces armées canadiennes d’affûter leurs compétences « temps froid » au-dessus du cercle arctique, aux côtés d’autres pays de l’OTAN et de pays partenaires.

Près de 500 personnels y ont testé des moyens logistiques et des techniques de survie en Arctique (patrouilles de longue distance, plongée sous glace et création de pistes d’atterrissage sur la banquise).

À Tuktoyaktuk, dans les Territoires du Nord-Ouest, des plongeurs sous glace originaires du Canada et d’autres pays ont mis en pratique leurs compétences, essentielles pour la réparation des infrastructures sous-marines et l’assistance aux bâtiments naufragés ou échoués.

Des plongeurs venus de France et de Norvège, pays de l’Alliance, ont pris part à l’opération aux côtés de plongeurs envoyés par la Finlande et la Suède, pays partenaires de l’OTAN.

Le brigadier général Patrick Carpentier, commandant de la Force opérationnelle interarmées (Nord) du Canada, citée dans un article sur le site de l’OTAN consacrée à l’opération, s’est félicité de cette coopération internationale: « Être capables de travailler ensemble et de tirer parti de nos forces respectives, c’est une belle réussite. Nous devons travailler en collaboration pour assurer la sécurité de notre pays, d’où l’importance primordiale des alliances. »

L’opération Nanook-Nunalivut 2019 était également axée sur la recherche scientifique – blessures par temps froid, utilisation de satellites pour la recherche et le sauvetage, et amélioration des abris pour temps froid.

À Resolute et à Crystal City, au Nunavut, des chercheurs de l’Expérience interarmées dans l’Arctique travaillent sur une série de projets portant notamment sur l’efficacité énergétique et les équipements de protection en Arctique, avec le soutien du programme OTAN pour la science au service de la paix et de la sécurité.

Le 1er Groupe de patrouille des rangers canadiens a pour sa part fourni un soutien tout au long de l’opération. Implantés au niveau local dans les Territoires du Nord du Canada, les rangers canadiens sont en grande majorité originaires du nord. Ils apportent une expertise en matière de navigation, de survie et de lutte contre les prédateurs, y compris contre les ours polaires.

*Avec OTAN

Les commentaires sont fermés.