La «silent drill» fait une entrée remarquée au CMR Saint-Jean (PHOTOS/VIDÉO)

0

Alors que le Collège militaire royal de Saint-Jean tenait samedi 6 avril sa compétition d’exercice élémentaires, la  »silent drill » (compétition d’exercices élémentaires silencieux), faisait son entrée au Collège et fera dorénavant partie des compétitions aux côtés de la compétition d’exercices élémentaires classique et de la Garde aux drapeaux.

Cette nouveauté a ajouté du piquant à cette journée de compétitions: six épées, six fusils, plus six autres personnes sans armes ni épées, se déplaçant tous pendant environ trois minutes sur le terrain en se croisant et s’entrecroisant dans un mouvement chorégraphié, c’était de l’inattendu.

On est plus habitué à voir des militaires rigoureusement entraînés et appartenant à des Corps d’élite prestigieux comme les Marines américains exécuter ce genre d’exercices exigeants et demandant un niveau de cohésion supérieure.

Sans parler de la nécessaire créativité et de la nécessité de sortir des sentiers battus quand vient le moment de concevoir la chorégraphie.

Voir la vidéo sur YouTube >>

Pour ces exercices silencieux, les élofs ont d’ailleurs dû s’entraîner de manière particulièrement rigoureuse afin de mémoriser toute la routine de performance car ils devaient, comme le nom de cette compétition l’indique, l’exécuter sans aucun ordre verbal.

Et c’est l’escadron Tracy qui a remporté cette première compétition silencieuse de l’histoire du Collège.

Initiative de l’adjudant-maître Ouellet et de l’élof Hunger, dont l’implication a été saluée par la remise d’un médaillon par le commandant du collège, cette nouvelle compétition a été accueillie avec enthousiasme par les parents, élèves et collègues des élofs dont la prestation a été saluée par des applaudissements nourris.

Pour ce qui est des deux autres compétitions, comme l’an dernier, entre les premières années des quatre escadrons, Joliette, Richelieu, Iberville et Tracy, la compétition d’exercices élémentaires classique a été remportée par Richelieu, et celle des drapeaux consacrés par Tracy,

C’est donc l’escadron Tracy qui, en plus d’avoir remporté la compétition d’exercices élémentaires silencieux, aura l’honneur de les porter durant la parade de fin d’année lors des cérémonies qui suivront.

L’importance de la «drill»

Si au temps des Romains, ces exercices avaient un but tactique, aujourd’hui, on n’exécute plus ces manœuvres que dans le cadre de présentations et de cérémonies militaires, mais ces exercices sont devenus un excellent outil pour développer la discipline, la cohésion et l’esprit d’équipe.

Le perfectionnement en matière de drill se poursuivra les années suivantes, mais c’est lors de la première année que, tout de suite, l’accent est mis sur cette discipline.

Par la discipline, l’esprit de corps, la capacité de réaction qui viennent avec la maîtrise de ces exercices, tous les élofs sortent gagnants de l’expérience qui leur servira durant toute leur carrière et fera d’eux des personnes aptes à représenter leur pays.

Quant à la nouvelle compétition d’exercices élémentaires silencieux, elle va peut-être encore plus loin et prépare tout particulièrement les élofs à un avenir où ils ils devront de plus en plus, tout en s’appuyant sur les forces et traditions militaires, savoir sortir des sentiers battus pour relever des défis nouveaux et inédits.

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.