Sommet de Hanoï: Kim accuse les É.-U. d’avoir été de «mauvaise foi»

62
Kim Jong-un et Vladimir Poutine lors de la réception officielle du président de la Russie en son honneur à Vladivostok le 25 avril 2019. (Service de presse du Kremlin)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Kim Jong-un et Vladimir Poutine lors de la réception officielle du président de la Russie en son honneur à Vladivostok le 25 avril 2019. (Service de presse du Kremlin)
Le leader nord-coréen Kim Jong-un estime que les États-Unis ont été «de mauvaise foi» lors de son sommet avec le président Donald Trump à Hanoï en février, et que la situation dans la péninsule a atteint «un point critique», a rapporté vendredi l’agence nord-coréenne KCNA.

Kim Jong-un a fait ce commentaire lors de son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine jeudi à Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, une rencontre qu’il a qualifiée d’« ouverte et amicale », selon KCNA.

Il a invité M. Poutine à lui rendre visite dans son pays «au moment opportun», et cette offre a été «promptement acceptée».

Les déclarations critiquant l’attitude américaine interviennent une semaine après la demande de Pyongyang de retirer le secrétaire d’État américain Mike Pompeo des négociations sur le nucléaire avec Washington, l’accusant de faire dérailler le processus.

« La situation dans la péninsule coréenne et dans la région se trouve actuellement dans une impasse et a atteint un point critique », a également déclaré le dirigeant nord-coréen selon KCNA.

M. Kim a par ailleurs averti que la situation «pourrait retrouver son état initial, les États-Unis ayant adopté une attitude unilatérale de mauvaise foi lors du second sommet Corée du Nord-États-Unis récemment», tenu dans la capitale vietnamienne en février.

Ce sommet Kim-Trump s’était achevé sur un retentissant fiasco sur le dossier nucléaire.

Lors de ces entretiens, la Corée du Nord avait demandé un allègement immédiat des sanctions financières, mais les deux parties ne s’étaient pas entendues sur les concessions que devait faire Pyongyang.

M. Kim a dit à M. Poutine que la paix et la sécurité dans la péninsule coréenne dépendent entièrement de l’attitude des États-Unis et que son pays «se préparera à toutes les situations possibles», toujours selon KCNA.