Chine: l’appel d’un Canadien condamné à mort examiné jeudi

30
Le tribunal de Dalian avant le procès du Canadien Robert Lloyd Schellenberg, pour trafic de drogue, le 14 janvier 2019 en Chine. (AFP)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le tribunal de Dalian avant le procès du Canadien Robert Lloyd Schellenberg, pour trafic de drogue, le 14 janvier 2019 en Chine. (AFP)
L’appel d’un ressortissant canadien contre sa condamnation à mort en Chine pour trafic de drogue en janvier sera examiné au cours d’une audience jeudi, sur fond de crise diplomatique entre Ottawa et Pékin.

Ce procès en appel intervient au moment où la directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, doit comparaître mercredi devant la justice canadienne dans le cadre d’une procédure d’extradition aux Etats-Unis.

Son arrestation début décembre au Canada, à la demande de la justice américaine, pour violation des sanctions contre l’Iran avait irrité Pékin et conduit à une escalade diplomatique avec Ottawa.

Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécoms Huawei remise en liberté sous caution par un juge de Vancouver, à Vancouver le 12 décembre 2018 (photo tirée d’une vidéo de CTV fournie à l’AFP)

Dans ce contexte, le cas de Robert Lloyd Schellenberg, arrêté en 2014 pour trafic de drogue, avait alors soudainement refait surface. L’homme avait été condamné en première instance en novembre à 15 ans de prison. Mais fin décembre, le tribunal qui traitait son appel a ordonné un nouveau procès, estimant la peine trop « indulgente ». 

Au terme d’un procès très médiatisé, le Canadien avait finalement été condamné à la peine capitale au mois de janvier.

Son appel sera examiné jeudi matin devant le tribunal intermédiaire de Dalian (nord-est), a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Le tribunal de Dalian et la Haute Cour de la province Liaoning, qui avait ordonné un nouveau procès, n’avaient pas réagi mercredi.

Déjà condamné dans le passé au Canada pour trafic de drogue, M. Schellenberg a jusqu’à présent toujours clamé son innocence et assuré être venu en Chine pour y faire du tourisme.

La justice « protégera les droits légitimes » de Robert Lloyd Schellenberg, a déclaré mercredi lors d’un point presse régulier Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« La Chine est un pays régi par l’Etat de droit », a-t-il assuré, refusant de confirmer si des membres du consulat du Canada seraient autorisés à se rendre au procès.

Une porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Canada, Brittany Fletcher, a en tout cas indiqué que des représentants de son pays prévoyaient d’assister à l’audience.

« Le Canada demeure extrêmement préoccupé par le fait que la Chine ait choisi d’appliquer la peine de mort, une peine cruelle et inhumaine », a expliqué Mme Fletcher dans un courriel transmis à l’AFP.

« Le Canada a demandé et continuera à demander la clémence pour M. Schellenberg. »

Les deux Canadiens détenus en Chine, apparemment en représailles pour l’arrestation par les autorités canadiennes de la dirigeante du géant chinois des télécoms, Huawei: à gauche Michael Kovrig, à droite Michael Spavor. (Montage 45eNord.ca)

La Chine a également arrêté deux Canadiens en fin d’année dernière: un ex-diplomate et un consultant, accusés d’avoir « menacé la sécurité nationale ». Des interpellations que nombre d’experts étrangers considèrent comme des mesures de rétorsion après l’arrestation de la cadre de Huawei au Canada.

Dans une autre affaire, un second Canadien, identifié en mandarin sous le nom de « Fan Wei », a été condamné à mort la semaine dernière dans le sud du pays.