La Bataille de l’Atlantique commémorée à Montréal (PHOTOS/VIDÉO)

125
Cérémonie de commémoration de la Bataille de l'Atlantique, à Montréal, le 5 mai 2019. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le dimanche 5 mai, des Canadiens de partout au pays se sont réunis, notamment à Montréal, pour commémorer les sacrifices consentis par ces milliers de Canadiens qui ont combattu si vaillamment durant la bataille de l’Atlantique, de 1939 à 1945.

À Montréal, la cérémonie s’est tenu au Quai de l’horloge, dans le vieux-port, en présence de membres du NCSM Donnacona, des Corps de Cadet de la Marine Royale Canadienne Victory, Trafalgar, Montréal, Boisbriand, Intrepid, Ville de LaSalle Air Squadron 796, des musiciens du 438e Escadron tactique d’hélicoptères, des branches 212 Lasalle, 4 Verdun et 95 Griffin Point de la Légion royale canadienne et de la GRC.

En interview pour 45eNord.ca, le capitaine de frégate Mathieu Leroux, commandant du NCSM Donnacona, a rappelé que plusieurs de ses membres ainsi que d’autres de diverses unités de la Réserve navale sont actuellement déployés au Québec, dans le cadre de l’Opération LENTUS pour venir en soutien aux autorités civiles et aider la population à faire face aux inondations et ses conséquences.

«C’est inimaginable ce que les gens ont pu passer au travers à cette époque là», de dire la matelot-chef Corinne Simard, du NCSM Donnacona. «À chaque année j’essaye toujours d’être ici pour commémorer cet évènement là».

Voir la vidéo sur YouTube ­­>>

Un peu d’histoire

André Kirouac, directeur du Musée naval de Québec à la Réserve navale raconte:

«La bataille de l’Atlantique a commencé dans les tout premiers jours de la Seconde Guerre mondiale». Elle s’est en effet déclenchée le 3 septembre 1939, lorsque le sous-marin allemand U-30 a fait couler le navire SS Athenia. Les forces alliées ont combattu pour dominer les voies maritimes de l’Atlantique Nord afin d’assurer l’approvisionnement essentiel à l’effort de guerre de 1939 à 1945, ce qui a fait de la bataille de l’Atlantique la plus longue campagne de la Seconde Guerre mondiale.

M. Kirouac rappelle d’ailleurs que pour le premier ministre britannique d’alors, Sir Winston Churchill, disait que l’avenir de la Seconde Guerre mondiale se jouait lors de la bataille de l’Atlantique.

Dans ses mémoires M. Churchill écrit: «Tout au long de la guerre, la bataille de l’Atlantique fut le facteur dominant ; nous ne pouvions oublier un seul instant que tout ce qui se passait ailleurs dépendait en dernier ressort de son issue. […] La seule chose qui m’est vraiment effrayée au cours de la guerre, ce fut la menace des sous-marins» allemands.

Cette année marque le 75e anniversaire du naufrage du NCSM Athabaskan, coulé par l’ennemi, ainsi que de l’opération de sauvetage éprouvante menée par le NCSM Haida le 29 avril 1944.

La bataille de l’Atlantique a coûté cher : la Marine royale canadienne a perdu près de 2 000 marins et 33 navires, l’Aviation royale canadienne, plus de 900 membres d’équipage et la marine marchande, près de 1 600 Canadiens et Terre-Neuviens, et environ 70 autres navires.

Livrée en grande partie par des réservistes et des petits navires construits au Canada et opérant depuis le Canada, cette guerre destinée à défendre les navires marchands qui traversaient l’Atlantique Nord contre les sous-marins ennemis, a défini le rôle naval du Canada dans le cadre d’une alliance bien plus vaste. Après 1945, la MRC est devenue la meilleure marine de guerre anti-sous-marine du monde.

Les escadrons de l’ARC affectés au Coastal Command et au Canada ont détruit 19 sous-marins allemands, alors que les équipages de l’ARC faisant partie des escadrons de la Royal Air Force en ont coulé beaucoup plus dans l’Atlantique Nord.