Des remerciements grandement mérités aux membres des Forces armées canadiennes pour leurs contributions aux opérations nationales

Le nouveau hall commémoratif d’Afghanistan au Quartier général de la Défense nationale, complexe Carling. (FAC)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Le nouveau hall commémoratif d’Afghanistan au Quartier général de la Défense nationale, complexe Carling. (FAC)
Les récents événements survenus au quartier général des Forces armées canadiennes concernant le dévoilement lors d’une cérémonie privée du monument pour les militaires tombés au combat lors de la mission en Afghanistan me jette littéralement par terre.

Comment un tel fiasco a-t-il pu se produire ?

L’essence même de la reconnaissance par un monument ou une cérémonie est que le plus de Canadiens et Canadiennes soient au courant, y participent et surtout puissent y avoir accès. En mai 2014, il y avait eu une cérémonie commémorative pour ceux et celles qui avaient participé à la mission en Afghanistan sur la colline parlementaire à Ottawa et des milliers de personnes y avaient participé.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, flanqué de son ministre de la Défense, Harjit Sajjan, n’a absolument aucune idée de ce qui a causé ce manquement sans précédent. Franchement, ils ont l’air de deux «amateurs», leaders d’un gouvernement et d’un parti politique, le Parti libéral du Canada, qui ne se soucient guère des hommes et des femmes en uniforme, des vétérans et des membres de leur famille. Le chef d’État-major de la Défense, le général Vance a offert ses excuses, a mentionné avoir tiré les leçons et a donné ses explications. Le ministre de la Défense nationale devrait prendre exemple sur le général Vance et présenter ses excuses, car au bout du compte, c’est lui qui doit prendre la responsabilité de ce fiasco.

Sincèrement, ma déception est immense par rapport au faible leadership de Justin Trudeau et de Harjit Sajjan sur les questions militaires. C’est simple, j’ai l’impression que nous sommes dans les années 1990 avec Jean Chrétien (portant un casque militaire à l’envers) et son « fameux » livre blanc sur la défense de 1994. Notre organisation militaire avec sa force humaine doit être reconnue et traitée avec honneur et respect.

Cela m’amène à vous parler de l’importance pour nous Canadiens et Canadiennes, Québécois et Québécoises de prendre le temps de remercier nos militaires, nos vétérans et leurs familles. Comme vous l’avez constaté avec le fiasco du monument dédié aux victimes de l’Afghanistan, il ne faut surtout pas compter sur le gouvernement libéral de Justin Trudeau pour honorer correctement, reconnaître à leur juste valeur et remercier nos militaires et nos vétérans.

Dernièrement, les membres des Forces armées canadiennes ont offert un apport inestimable lors des récentes crues printanières au Québec, en Ontario et auNouveau-Brunswick.

Imaginez-vous simplement quelle serait la situation si les centaines de militaires déployés dans les zones critiques n’avaient pas été présents pour prêter main-forte aux sinistrés, aux bénévoles et aux autorités municipales. La situation aurait sans contredit été plus chaotique et problématique.

La contribution des militaires des Forces armées canadiennes lors de catastrophes naturelles au Canada ne représente qu’un seul des nombreux apports des hommes et des femmes qui portent l’uniforme canadien. En effet, les opérations domestiques tout comme les missions opérationnelles sur la scène internationale permettent à notre pays de faire face aux réalités environnementales et géopolitiques. Dans les années à venir, tout laisse croire, en raison des changements climatiques et des tensions géopolitiques que nos militaires seront appelés de plus en plus à opérer au Canada et ailleurs dans le monde.

Par leur formation, leur code d’éthique, leur discipline et leur rigueur, les militaires et les vétérans des Forces armées canadiennes sont des éléments très importants au sein de nos communautés. Même son de cloche pour les membres de leur famille qui, en raison des réalités de la vie militaire, possèdent des qualités d’adaptation exceptionnelle et un esprit communautaire et d’entraide très présent. Les militaires, les vétérans et les membres de la famille représentent des valeurs ajoutées au sein d’une communauté.

Pendant mon affectation en Allemagne, j’ai eu la chance de participer à des événements annuels marquant la libération de la Belgique ou des Pays-Bas par les Forces armées canadiennes lors de la Première et de la Seconde Guerres mondiales. Je me souviens de la marche de Knocke-Heist en Belgique. Les cinq derniers kilomètres sur les 36 ont été tout simplement incroyables. Des milliers de Belges étaient dans les rues pour saluer et remercier notre contingent canadien. Pourtant les événements avaient eu lieu il y a de cela plus de 60 ans. Les Belges et les Hollandais sont encore aujourd’hui extrêmement reconnaissants envers les contributions des militaires canadiens et ils n’hésitent aucunement à nous remercier et nous le démontrer concrètement.

En toute franchise, je n’ai jamais vu ici des manifestations si profondes et chaleureuses de remerciement à l’égard de nos militaires et de nos vétérans. Ici, nous nous contentons du jour du Souvenir, et encore… Le gouvernement du Québec ne reconnait pas le jour du Souvenir comme un jour férié, ce qui fait en sorte qu’il doit être célébré le dimanche précédent le 11 novembre. Pathétique ! Est-ce que nous fêterions le jour de l’An le dimanche précédent le 1er janvier ?

Si vous croisez un militaire ou un vétéran, prenez donc le temps de le remercier pour son service à notre nation. Malheureusement, nous ne remercions pas assez ceux et celles qui protègent nos droits, nos libertés et dans le cas présent, nos biens immobiliers. Il ne faut pas attendre au jour du Souvenir.

Aucune médaille ou mention ne peut remplacer un remerciement sincère, yeux dans les yeux, d’un citoyen québécois, canadien. Un petit geste qui a une valeur et une portée inestimables.