Michel-Henri St-Louis à la tête de l’Opération IMPACT

0
Signature des parchemins officialisant la passation de commandement de l’Opération IMPACT, le 1er mai 2019. (FAC)

Le brigadier-général Michel-Henri St-Louis a officiellement pris ses fonctions de commandant de la Force opérationnelle interarmées – IMPACT en relevant le brigadier-général Colin Keiver, mercredi 1er mai, lors d’une cérémonie tenue à Camp Canada sur la base aérienne Ali Al Salem au Koweït.

Le major-général William Seymour, commandant adjoint du Commandement des opérations interarmées du Canada, a présidé à la cérémonie de passation du commandement, qui comprenait également le changement de nomination de l’Adjudant-chef IMPACT de l’Adjudant-chef Eric Bouffard à l’adjudant-chef Jeff Aman.

L’Opération IMPACT est la plus grande mission déployée du Canada. Après des années à aider sur le terrain les forces de sécurité irakiennes à combattre les djihadistes du groupe armé État islamique, c’est désormais une opération de renforcement des capacités au Moyen-Orient, comme l’avait récemment affirmé à 45eNord.ca le brigadier-général Keiver.

Les forces armées canadiennes travaille main dans la main avec la coalition, l’OTAN et les pays partenaires pour former, conseiller et assister les forces militaires irakiennes, jordaniennes et libanaises.

La Force opérationnelle interarmées – IMPACT (FOI-I) est responsable du commandement et du contrôle nationale d’environ 850 membres des FAC déployés en Irak, en Jordanie, au Liban, au Koweït et au Qatar, qui contribuent à accroître la stabilité au Moyen-Orient grâce aux efforts de renforcement des capacités des partenaires.

Dans leurs allocutions, l’officier présidant la cérémonie et les commandants entrant et sortant ont parlé de l’évolution constante de l’Opération IMPACT.

Après la défaite physique de l’EI sur le terrain en Irak et en Syrie et la fusion des équipes canadiennes d’entraînement et d’assistance de la FOI-I en Jordanie et au Liban, les militaires canadiens aident les partenaires de sécurité à consolider leurs acquis en matière de sécurité et à jeter les bases du prochain étape importante dans la lutte: «gagner la paix».

En aidant et en conseillant les forces de sécurité irakiennes, jordaniennes et libanaises et en aidant à professionnaliser leurs armées, les membres des FAC contribuent à créer l’espace nécessaire pour permettre aux gouvernements de reconstruire et de fournir à leurs citoyens les services essentiels dont ils ont besoin pour prospérer.

Rappelons que le major-général Dany Fortin commande, lui, la mission de l’OTAN en Irak. Ce sont donc deux anciens commandants du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada qui sont à la tête, en même temps, des deux missions les plus importantes du moment au Moyen-Orient !

Les commentaires sont fermés.