Six avions militaires russes escortés à distance de l’Alaska

1286
Interception d'un bombardier russie Tu-95 par un avion de chasse F-22. (@norad/Twitter)
Interception d'un bombardier russie Tu-95 par un avion de chasse F-22. (@norad/Twitter)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Interception d'un bombardier russie Tu-95 par un avion de chasse F-22. (@norad/Twitter)
Interception d’un bombardier russie Tu-95 par un avion de chasse F-22. (@Norad/Twitter)
Six avions militaires russes ont été escortés lundi à distance de l’Alaska par des chasseurs américains, qui les ont suivis jusqu’à ce qu’ils sortent de la zone d’identification de la défense aérienne, a indiqué mardi la sécurité aérienne des États-Unis et du Canada (NORAD).

Deux bombardiers stratégiques à hélices de modèle Tu-95 «Bear» ont d’abord été «interceptés par deux chasseurs F-22 du NORAD», basés en Alaska, alors qu’ils volaient à l’ouest de l’Alaska, a indiqué le NORAD sur Twitter.

«Un deuxième groupe de deux bombardiers Tu-95 et deux chasseurs Su-35 a ensuite été intercepté par deux autres F-22», a ajouté le commandement américano-canadien.

Un avion de surveillance AWACS a observé l’ensemble des opérations, a précisé le NORAD, notant que les appareils russes sont restés tout le temps dans l’espace aérien international.

«Notre capacité à dissuader et à écarter les menaces contre nos citoyens et nos infrastructures vitales commence avec la détection, la surveillance et l’identification précise des appareils dans notre espace aérien», a commenté le commandant le NORAD, le général Terrence O’Shaughnessy.

«Nous sommes en alerte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an», a-t-il ajouté.

La zone d’identification de la défense aérienne (ADIZ) est un périmètre dans lequel le trafic aérien est surveillé par l’armée d’un ou plusieurs pays, au-delà de son espace aérien national, pour disposer d’un temps de réaction supplémentaire en cas de manoeuvre hostile.

Les États-Unis en ont établi quatre, mais une dizaine d’autres pays ont également créé les leurs.

Celle de l’Alaska s’étend jusqu’à environ 320 km des côtes.