Ukraine: le nouveau président Zelensky se rend sur la ligne de front

145
Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d'une visite sur la ligne de front, le 27 mai 2019 à Lougansk. (AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une visite sur la ligne de front, le 27 mai 2019 à Lougansk. (AFP)
Une semaine après son investiture, le nouveau président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu lundi pour son premier déplacement en région sur la ligne de front du conflit avec les séparatistes prorusses dans l’est du pays, a annoncé son service de presse.

Ancien comédien et humoriste de 41 ans, M. Zelensky « a examiné les positions de militaires ukrainiens à Stanytsya Louganska et Chtchastia », deux localités de la région de Lougansk dont une partie est contrôlée par les séparatistes, a précisé la présidence dans un communiqué.

« Les positions les plus proches de l’adversaire se trouvaient à 400 mètres », a-t-elle souligné.

Sur les images, publiées par la présidence, on peut voir M. Zelensky, en tenue civile mais avec casque militaire et gilet par-balles de couleur kaki, scruter l’horizon depuis un abri ou marcher avec un groupe de soldats au milieu des champs. 

En examinant les conditions de vie des soldats, M. Zelensky a « souligné la nécessité de les améliorer », selon la même source.

M. Zelensky, un novice en politique, a été élu en avril avec plus de 73% des suffrages en devançant largement le sortant Petro Porochenko et promettant notamment de « casser le système » et renouveler les élites. 

Pendant sa campagne, M. Zelensky été critiqué pour un programme flou, ses détracteurs s’interrogeait notamment sur capacité à diriger un pays confronté à une guerre qui a fait 13.000 morts en cinq ans.

S’il s’est dit prêt à négocier avec le Kremlin, M. Zelensky entend faire revenir les territoires sous contrôle rebelle dans le giron ukrainien, sans statut particulier.

L’Ukraine et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement les séparatistes, ce que Moscou réfute malgré des constatations de plusieurs médias dont l’AFP