Le Canada et le Japon renforceront leur coopération en matière de défense

Le ministre Sajjan à Tokyo où il a rencontré le ministre de la Défense japonais Takeshi Iwaya. Ils ont réaffirmé la rel. bilatérale entre le CND et le Japon et se sont engagés à approfondir la coopération de défense. M. Sajjan a visité le camp Katsua et en a appris plus sur les Forces japonaises. (Twitter/@DefenseCanada)
Temps de lecture estimé : 7 minutes
Le ministre Sajjan à Tokyo où il a rencontré le ministre de la Défense japonais Takeshi Iwaya. Ils ont réaffirmé la rel. bilatérale entre le CND et le Japon et se sont engagés à approfondir la coopération de défense. M. Sajjan a visité le camp Katsua et en a appris plus sur les Forces japonaises. (Twitter/@DefenseCanada)
Le ministre de la Défense nationale du Canada, Harjit Singh Sajjan, et le ministre de la Défense du Japon, Takeshi Iwaya, ont tenu une rencontre bilatérale le 3 juin 2019, à Tokyo.

Les deux ministres se sont félicités des progrès accomplis dans la coopération et les échanges bilatéraux depuis la signature, en 2010, de la Déclaration conjointe du Canada et du Japon sur la coopération en matière de politique, de paix et de sécurité, soulignant au passage les réalisations remarquables des dernières années à cet égard.

Insistant sur l’importance de l’Accord sur l’acquisition et le soutien mutuel (ACSA) signé l’an dernier, les ministres ont affirmé leur intention d’élever les relations bilatérales en matière de défense à un niveau supérieur en cette année marquant le 90e anniversaire des relations diplomatiques entre le Canada et le Japon.

Les ministres ont mis l’accent sur les trois faits nouveaux notables suivants survenus au cours des dernières années et se sont entendus pour travailler ensemble à la promotion d’une région indo-pacifique libre et ouverte appuyée par un ordre international inclusif et revitalisé, fondé sur des règles.

·       En avril 2019, les premiers ministres du Canada et du Japon se sont félicités du renforcement des relations bilatérales dans les domaines de la sécurité et de l’économie, ont réitéré leur engagement à renforcer le partenariat stratégique entre le Canada et le Japon, et ont discuté de leur vision commune du maintien d’une région indo-pacifique libre et ouverte.   

·       Les lignes directrices du Programme de défense nationale du Japon, publiées en décembre dernier, annonçaient l’intention du Japon de promouvoir différents efforts, dont la tenue d’entraînements et d’exercices conjoints, ainsi que la collaboration bilatérale avec le Canada concernant la mobilisation de tierces parties.

·       La Politique de défense du Canada, publiée en 2017, soulignait l’engagement du Canada à renforcer sa présence et ses engagements dans la région de l’Asie-Pacifique.

Afin de soutenir leur vision commune d’une région indo-pacifique libre et ouverte, les ministres ont confirmé leur intention d’échanger leurs points de vue stratégiques et de chercher à établir une coopération bilatérale en matière de défense quant à la mobilisation de tierces parties, notamment par la mise en œuvre d’initiatives de renforcement des capacités et de formation en étroite collaboration avec d’autres pays.

Échanges et coopération en matière de défense

Se réjouissant de l’accélération de l’étroite collaboration entre les Forces armées canadiennes (FAC) et la Force d’autodéfense du Japon (FADJ) grâce à l’ACSA qui entrera en vigueur à la suite de l’achèvement récent des procédures nationales des deux pays pour la conclusion de cet accord, les ministres ont confirmé leur engagement à accroître la coopération en matière de défense dans les domaines qui suivent :

1) Maintien de la paix

Les ministres accueillent favorablement l’intensification de la relation de coopération dans le domaine du maintien de la paix en envoyant chacun des membres de son personnel suivre des cours dans le pays de l’autre.

De plus, les ministres se réjouissent que la relation de coopération puisse se développer grâce à des échanges réciproques de membres du personnel dans le cadre d’initiatives de renforcement des capacités des deux pays, notamment :

·       Participation d’un membre de la FADJ comme conférencier à l’occasion du cours sur les opérations de soutien de la paix de niveau stratégique du Programme d’instruction et de coopération militaires (PICM) du Canada donné en Indonésie en août 2018 et comme observateur dans le cadre du cours sur les femmes, la paix et la sécurité du PICM donné en Malaisie en janvier 2019

·       Participation de membres du personnel des FAC en tant qu’observateurs à l’occasion du cours axé sur le génie et visant à favoriser le renforcement des capacités donné par le Japon en Mongolie en août 2018.

Afin d’approfondir les relations de défense bilatérales entre le Canada et le Japon dans le domaine du maintien de la paix, les ministres ont annoncé leur intention commune d’accroître la coopération en collaborant avec des pays tiers. Les deux ministres ont affirmé coordonner et explorer la possibilité de coopération réciproque relative à des initiatives de renforcement des capacités dans le cadre du PICM du Canada et de programmes connexes du Japon en étroite collaboration avec de tiers pays.

Les ministres ont aussi affirmé leur intention d’explorer des domaines de coopération concernant le projet des Nations Unies de déploiement rapide de capacités habilitantes, auquel le Japon a contribué.

2) Entraînements conjoints et échanges entre unités

Échanges entre la Force maritime d’autodéfense du Japon et la Marine royale canadienne

Les ministres ont accueilli l’augmentation et l’avancement de l’entraînement bilatéral des forces maritimes, tel que le démontre la tenue régulière de l’entraînement bilatéral « KAEDEX » depuis 2017 et la première participation du Canada à l’exercice bilatéral des États-Unis et du Japon « Keen Sword » en 2019. Le ministre Iwaya a aussi accueilli favorablement l’escale faite par le sous-marin de la Marine royale canadienne (MRC) en 2017 au Japon, une première en près de 50 ans, de même que les escales régulières faites par les frégates de la MRC.

Les ministres ont affirmé l’importance de montrer la présence des deux forces maritimes dans la région indopacifique, puisque leur présence contribue à un ordre maritime libre et ouvert, axé sur la primauté du droit. Ils ont souligné leur intention de continuer l’entraînement bilatéral, en tirant avantage des occasions où les navires de la MRC sont déployés dans cette région. Les ministres ont aussi confirmé leur intention de travailler ensemble avec l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) et d’autres pays en ce sens.

Échanges entre la Force aérienne d’autodéfense du Japon et l’Aviation royale canadienne

Notant que la Force aérienne d’autodéfense du Japon a visité le Canada et a réalisé des échanges entre unités avec l’Aviation royale canadienne (ARC) deux fois en 2018, les ministres ont affirmé leur volonté de continuer les échanges entre forces aériennes au moyen des visites par les aéronefs aux bases aériennes des deux pays. Ils ont aussi mentionné l’intention de rechercher des occasions de tenir un entraînement conjoint dans le futur.

Échanges entre la Force terrestre d’autodéfense du Japon et l’Armée canadienne

Les ministres ont exprimé leur intention d’explorer les possibilités de poursuivre les échanges en matière de maintien de la paix entre les forces terrestres des deux pays, puisque les Forces armées canadiennes comptent une grande expérience et beaucoup de connaissances dans ce domaine.

Pourparlers entre la Force d’autodéfense du Japon et les Forces armées canadiennes

Les ministres ont confirmé l’importance de tenir des pourparlers réguliers, notamment des pourparlers conjoints entre l’état-major des Forces armées canadiennes et celui de la Force d’autodéfense du Japon, des pourparlers entre les forces maritimes et des pourparlers entre les forces aériennes. Ils ont spécialement souligné le fait que des pourparlers entre les états-majors des Forces armées canadiennes et de la Force d’autodéfense du Japon ont eu lieu pour la première fois en 13 ans en mai dernier. Les deux ministres se sont engagés à tenir des pourparlers de ce genre plus souvent.

3) Aide humanitaire et secours aux sinistrés (AHSS)

Notant que le Protocole de coopération entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Japon sur les instructions permanentes d’opération pour les missions d’aide humanitaire et de secours aux sinistrés (AHSS) fut rédigé en 2009 et qu’il est fort probable que nos deux pays soient appelés à intervenir à la suite de catastrophes naturelles ou anthropiques, les ministres reconnaissent que le Canada et le Japon ont motif de collaborer dans le domaine de l’AHSS.

Forts de ce constat, les ministres ont réitéré l’importance de renforcer les mécanismes d’intervention de leurs deux pays au moyen d’une collaboration étroite et d’échanges de pratiques exemplaires. Les ministres s’engagent à chercher des occasions de formation permettant de favoriser la coopération lors des opérations internationales de secours aux sinistrés. Il pourrait s’agir notamment de participation active ou à titre d’observateurs lors d’exercices d’envergure.

4) Éducation et échanges de recherche

Les ministres ont accueilli favorablement les échanges de chercheurs et d’étudiants qui ont lieu régulièrement entre les établissements d’enseignement et de recherche en matière de défense de leurs deux pays, et ils se sont engagés à poursuivre ces échanges. Les ministres ont souligné l’importance d’entretenir un point de vue stratégique commun au sujet de l’environnement de sécurité dans la région Indo-Pacifique au moyen de forums sur la sécurité ayant lieu dans leurs deux pays, dont le Symposium Canada-Japon sur la coopération en matière de paix et de sécurité et le Forum d’Halifax sur la sécurité internationale.

5) Pourparlers de haut niveau et visites mutuelles

Les ministres ont fait part de leur intention de tenir des pourparlers politiques et stratégiques portant sur la défense au niveau ministériel lors de forums sur la sécurité internationale tels que le Dialogue Shangri-La de l’Institut international d’études stratégiques et de visites mutuelles. Ils ont également réaffirmé leur intention de poursuivre les réunions Canada-Japon des sous-ministres de la Défense et des Affaires étrangères (« 2+2 »).

Enjeux régionaux

Les ministres confirment leur engagement envers le démantèlement complet, vérifiable et irrévocable de toutes les armes de destruction massive et des missiles balistiques de tous les rayons d’action de la Corée du Nord, conformément aux résolutions appropriées du Conseil de sécurité des Nations Unies (RCSNU). Ils ont aussi des échanges de vues sur les récents missiles balistiques de courte distance qui ont été lancés par la Corée du Nord, et confirment que leurs autorités en matière de défense doivent demeurer vigilantes. Les ministres sont d’avis que la Corée du Nord viole encore les RCSNU, et pour mettre en œuvre la totalité des RCSNU, ils réaffirment leur intention de collaborer pour empêcher la Corée du Nord d’éviter les sanctions, comme dans le cas des transbordements de navire à navire illicites impliquant des navires battant pavillon nord-coréen. Le ministre Sajjan réitère la décision du Canada de renouveler sa participation à une initiative multinationale pour déjouer les activités maritimes illicites interdites par les RCSNU au moyen de l’opération NEON du Canada qui a récemment été approuvée et grâce à laquelle le Canada fera intervenir par intermittence des navires, des aéronefs et du personnel des Forces armées canadiennes (FAC) au cours des deux prochaines années. Le ministre Iwaya est favorable à cette contribution continue des FAC.

Les ministres se disent très préoccupés par la situation qui prévaut dans les mers de Chine orientale et méridionale et ils s’opposent vivement aux actions unilatérales qui pourraient exacerber les tensions et mettre en péril la stabilité régionale et l’ordre maritime fondé sur des règles, comme la militarisation des entités contestées en mer de Chine méridionale. Ils réaffirment également l’importance de poursuivre la démilitarisation et la modération, la liberté de navigation et de survol, ainsi que le règlement pacifique des différends conformément au droitinternational pertinent, y compris la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer(UNCLOS). Les ministres préconisent la mise en œuvre complète et utile de la Déclaration sur la conduite des parties en mer de Chine méridionale, et ils soulignent que le Code de conduite devrait s’inscrire dans la suite logique du droit international dont fait partie la UNCLOS et qu’il ne devrait pas porter atteinte aux droits des pays qui ne participent pas à la négociation du Code de conduite.

Les ministres prient leurs représentants respectifs d’unir leurs efforts pour faire valoir la coopération en matière de défense dans les secteurs susmentionnés et ils mettent fin à la réunion bilatérale.