L’empoisonnement de Skripal aurait été mené par un officier russe depuis Londres

1109
Photographie fournie par la police britannique le 5 septembre 2018 et prise le 4 mars 2018 dans une rue de Salisbury montrant Alexander Petrov (D) et Ruslan Bochirov recherchés dans l'affaire Skripal d'empoisonnement au Novitchok. (Metropolitan Police Service/AFP/HO)
Temps de lecture estimé : 2 minutes

L’empoisonnement l’an dernier à Salisbury, en Grande-Bretagne, de l’ancien espion russe Sergueï Skripal a été dirigé par un haut gradé des services de renseignement militaires russes à partir de Londres, selon une enquête indépendante.

Le site web d’investigation Bellingcat a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi avoir mené avec la BBC une enquête qui lui permet d’affirmer que l’opération a été dirigée par un major-général du service militaire de renseignement (GRU), Denis Sergueïev (Sergeyev dans la transcription anglaise).

Celui-ci, selon Bellingcat, se trouvait en Grande-Bretagne au moment de l’attentat contre Sergueï Skripal – et était également présent en Bulgarie en 2015 lors de l’empoisonnement, avec les mêmes symptômes, d’un marchand d’armes local.

La BBC et Bellingcat ont pu observer les mouvements et les communications téléphoniques de Sergueïev pendant qu’il était à Londres, avec un téléphone dont la carte non enregistrée «ne laisse par les traces normalement laissées par les numéros normaux».

Selon la BBC, il a utilisé des messageries comme WhatsApp et Telegram pour communiquer à la fois avec les deux agents russes présents à Salisbury – qui avaient été arrêtés par la police à l’époque et avaient soutenu être de simples touristes – et avec son commandement à Moscou.

«La participation d’un major-général montre l’importance attachée à cette opération», a écrit Bellingcat sur son site.

Le service russe de la BBC a indiqué de son côté que Sergueïev et sa femme avaient, sur des papiers officiels, donné comme adresse celle de l’académie militaire du GRU.  

Londres et Washington considèrent le GRU comme la principale menace à la sécurité des intérêts occidentaux à l’extérieur.

La Russie a toujours nié être à l’origine de l’empoisonnement de son ancien espion.

Cette enquête illustre la façon de coordonner les opérations du GRU à l’étranger, «avec un officier supérieur qui communique avec Moscou et communique très peu ou pas du tout avec les exécutants qui ont déjà leurs instructions», écrit Bellingcat, qui dit avoir obtenu «des preuves d’autres opérations internationales menées par la même équipe, ce qui montre que c’est un modèle stable des opérations du GRU».

Sergueï Skripal et sa fille ont survécu à l’empoisonnement et vivent maintenant cachés.