Nouveaux destroyers américains lanceurs de missiles en Europe

376
Les destroyers lanceur de missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Gravely, à gauche, et USS Carney et lUSS Porter (DDG 78) à Faslane, en Écosse, le 30 mars 2019. (Spécialiste de la communication de masse, 1re classe, James R. Turner)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les destroyers lanceur de missiles guidés de classe Arleigh Burke USS Gravely, à gauche, et USS Carney et USS Porter (DDG 78) à Faslane, en Écosse, le 30 mars 2019. (Spécialiste de la communication de masse, 1re classe, James R. Turner)
La Marine américaine envisage de remplacer les quatre destroyers de la 6e flotte en Europe par des navires plus récents, aux capacités de défense antimissile améliorées, a annoncé la 6e flotte cette semaine.

Les capacités améliorées des nouveaux destroyers comprendraient les systèmes de défense antimissile Aegis Baseline 9.

Ces systèmes permettent de cibler simultanément les missiles balistiques à haute altitude et de contrer les menaces proches, telles que les missiles guidés tirés par des avions ou des navires ennemis, explique le journal des forces armées américaines Stars and Stripes dans son édition de vendredi. Les systèmes de défense antimissile des destroyers actuels de la 6e flotte ne peuvent pas faire les deux en même temps.

La marine américaine introduit ainsi des navires de guerre modernisés « afin de positionner les forces les plus compétentes dans la zone de responsabilité du commandement européen », a indiqué la 6e flotte dans son communiqué.

Il est prévu que le basculement ait lieu entre 2020 et 2022, annonce la marine. Les destroyers actuels de la classe Arleigh Burke, construits à la fin des années 90 et basés à Rota (Espagne), seront donc remplacés l’un après l’autre.

Un escadron d’hélicoptères s’installera également à Rota pour soutenir les nouveaux destroyers.

Les dirigeants de la marine américaine ont déclaré que les destroyers lanceurs de missiles guidés étaient essentiels au maintien de la sécurité en Europe et à la dissuasion face à une Russie plus agressive.

L’USS Porter a été le premier à arriver à Rota en février 2014, juste avant que la Russie ne s’empare de la Crimée, et le USS Carney, l’USS Donald Cook et l’USS Ross l’ont rejoint au cours des deux années suivantes.

Les quatre navires font partie du plus grand programme de défense antimissile de l’OTAN en Europe. Les systèmes terrestres en Roumanie et en Pologne, un système de radar d’alerte précoce en Turquie et un centre de commandement situé à la base aérienne de Ramstein, en Allemagne, complète le programme.

Les destroyers font partie, souligne le Stars and Stripes, des navires les plus actifs du théâtre, participant souvent à des exercices multinationaux et patrouillant sur la mer Noire.

En avril 2017, le USS Porter et et le USS Ross avaient lancé un total de 59 missiles Tomahawk en Syrie en réponse au fait que le président Bashar al-Assad avait lancé une attaque chimique contre des civils.