Opération TALENT, pour répondre au problème de pénurie de personnel à l’ARC

459
L’ARC a lancé des mesures visant à maintenir et à accroître le niveau d’expérience de son personnel afin de veiller au maintien de l’état de santé de l’ARC et de son aptitude à réaliser ses missions avec brio. (Montage/ Caporal Desirée Thomas-Bourdon)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
En réponse au problème de la pénurie de personnel, qui est à la source du déficit de capacités selon son commandant, le lieutenant-général Al Meinzinger, l’Aviation royale canadienne (ARC) a procédé au lancement ce mois-ci de mesures, dont l’opération TALENT, pour veiller au maintien de l’état de santé de l’ARC et de son aptitude à réaliser ses missions.

L’opération TALENT porte sur la qualité de vie et la qualité de service de tous les membres du personnel et de leur famille. Il touche notamment au recrutement, à la formation, à l’intégration et à l’emploi de notre personnel. 

Alors que le vérificateur général avait déclaré que le déficit de capacités de l’ARC était dû au manque de pilotes et de techniciens, dans une entrevue exclusive à 45eNord.ca en décembre 2018 sur le présent et l’avenir de l’ARC, le lieutenant-général n’avait pas caché qu’il était impératif de d’organiser des initiatives tant au niveau des Forces armées canadiennes qu’au niveau de l’Aviation royale canadienne pour essayer de retenir certains membres importants du personnel qui choisissent de partir pour le privé.

Depuis, le chef d’état-major de la défense a lancé, récemment, l’« opération EXPERIENCE », qui prescrit aux Forces armées canadiennes de prendre immédiatement des mesures afin de stabiliser et d’accroître rapidement le niveau d’expérience des pilotes. Ces mesures s’inscrivent dans un plan d’action plus large à l’échelle de l’ARC, l’« opération Talent », qui porte sur la qualité de vie et la qualité de service de tous les membres du personnel et de leur famille. Il touche notamment au recrutement, à la formation, à l’intégration et à l’emploi de notre personnel. 

Le lieutenant-général Al Meinzinger en entrevue à Ottawa avec 45eNord.ca. en décembre 2018. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’Aviation royale canadienne, a envoyé cette semaine un important message au personnel de l’Aviation royale canadienne sur l’opération EXPÉRIENCE l’« opération TALENT », que nous reproduisons ici intégralement.

«Bien que ces deux directives aient été publiées séparément, rassurez-vous, elles portent sur deux aspects d’un seul problème et nous prendrons des mesures qui découleront de chacune de manière harmonieuse, complémentaire et globale.Ensemble, ces mesures revêtent un caractère vital compte tenu du niveau sans précédent de la concurrence mondiale pour les compétences de pilote, de technicien, de spécialiste en aviation hautement qualifié et de personnel de soutien. Nous risquons de perdre l’expérience considérable de notre personnel supérieur et, par conséquent, notre capacité d’assurer le mentorat et la formation des nouveaux aviateurs, ainsi que de leur transmettre les connaissances nécessaires, autant de choses essentielles afin de les préparer à mener des opérations avec efficacité.

«Si nous n’agissons pas afin de stabiliser nos niveaux de personnel d’expérience, la capacité de l’ARC de s’acquitter de ses opérations en souffrira davantage. Toutefois, accroître l’enrôlement et la formation ne suffit pas. Nous devons favoriser l’établissement d’un milieu dans lequel la qualité de vie et la qualité de service de l’ARC font en sorte que rester en poste présente plus d’avantages que d’inconvénients pour les membres de notre personnel. 

«Il s’agit d’un problème complexe qui nécessite des solutions également complexes. Nous travaillons à élaborer plusieurs solutions en vue d’alléger la situation. Nous en adopterons quelques-unes rapidement, mais d’autres, il faut que vous le sachiez, pourraient prendre de cinq à sept ans avant de voir le jour.

«Nous constatons déjà des progrès dans le processus de création d’un nouveau métier de technicien de soutien des opérations aériennes (Force de réserve), qui vise à augmenter les capacités de protection de la force, ainsi qu’à soutenir les activités d’entretien des aéronefs et de recherche et de sauvetage, ce qui permettra aux techniciens en aviation et en recherche et en sauvetage hautement qualifiés de se concentrer sur leurs responsabilités principales. Nous commencerons à accepter les candidatures pour ce métier dès cet été. Nous procédons également à la planification nécessaire à l’établissement d’un poste d’officier des opérations aériennes (Force régulière), qui portera, lui, sur les activités qui ne sont pas liées au vol, permettant ainsi à plus de membres du personnel de rejoindre les équipages sur la piste. Parmi les mesures à prendre très prochainement figurent la modification de la politique de libération restreinte et la prolongation de la première période de service aérien à un minimum de quatre ans. Consultez la fiche de renseignements pour connaître d’autres mesures.

«Vous aurez l’occasion d’en apprendre plus sur les deux opérations lors de futures assemblées générales qui se tiendront près de chez vous. Nous vous ferons également parvenir une « trousse d’outils » par l’intermédiaire de la chaîne de commandement; celle-ci sera utile aux dirigeants à tous les niveaux. Par ailleurs, nous créerons une page intranet (accessible uniquement dans l’intranet du MDN) où vous trouverez les dernières nouvelles sur les progrès accomplis au sujet de chacune des mesures. Entre-temps, je vous invite à lire le prochain numéro de PERSpectives, qui traitera plus en profondeur de notre plan pour l’avenir (accessible uniquement dans l’intranet du MDN).

«Tout au long de notre travail afin de faire en sorte que l’ARC puisse rester en mesure d’exercer une puissance aérienne et spatiale avec efficacité au nom des Forces armées canadiennes et du gouvernement du Canada, je vous encourage à vous informer, à contribuer aux efforts et à toujours garder à l’esprit notre devise : Telle est la voie vers les étoiles – Sic itur ad astra.»

Mais le défi est de taille alors que la nouvelle politique de défense dévoilée en 2017 exige de l’ARC soutien qu’elle fournisse un soutien tout à la fois à l’OTAN et au NORAD.

Un récent rapport sur le marché du travail canadien, citée par le lieutenant-général Meinzinger en décembre, qui faisait état des prévisions relatives à la demande de pilotes et de techniciens au Canada, parlait cours des dix prochaines années d’une demande initiale de 19 000 pilotes. Clairement, avait alors souligné le lieutenant-général, cela reflète la croissance significative du marché et lorsque vous examinez de plus près les tendances mondiales, vous voyez des chiffres suggérant qu’il en faudrait 700 000 au cours des 20 prochaines années pour alimenter la croissance dans le secteur global des transports civils.

Dans ces conditions, avec les pressions macroéconomiques que subit l’ARC et qu’elle devra continuer d’affronter, force est d’admettre que la voie vers les étoiles devient chaque jour un peu plus étroite…