Ottawa annonce des initiatives pour contrer l’extrémisme violent et le contenu terroriste en ligne

1206
Brenton Tarrant, un extrémiste de droite qui a fait un carnage dans deux mosquées de Christchurch, comparaît au tribunal, le 16 mars 2019 en Nouvelle-Zélande. (AFP)
Temps de lecture estimé : 4 minutes

Mercredi, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, a annoncé deux nouvelles initiatives qui s’ajouteront au travail en cours pour contrer le contenu extrémiste et terroriste en ligne afin de respecter certains engagements liés à l’Appel de Christchurch.

Bien qu’Internet ait aidé à créer un monde plus ouvert et plus branché, il a également été un outil pour le terrorisme et l’extrémisme violent. Nous devons prendre des mesures coordonnées afin de prévenir l’usage des plateformes en ligne ou des médias sociaux comme outils pour inciter et promouvoir le terrorisme, la violence et la haine et publier du contenu connexe. Le Canada s’est montré comme leader et s’est uni avec des gouvernements est des chefs de file de l’industrie partout dans le monde afin de réaliser les objectifs de l’Appel de Christchurch.

Les petites entreprises sont des partenaires importantes pour prévenir la diffusion de contenus extrémistes violents, mais elles n’ont souvent pas les moyens logistiques ni les ressources financières pour le faire. Le gouvernement du Canada s’engage à verser à Tech against Terrorism jusqu’à 1 million de dollars afin de créer un dépôt numérique qui avisera les petites entreprises dès que du nouveau contenu terroriste est détecté, ce qui permettra de les aider à supprimer rapidement ce contenu. Ce financement aidera à respecter l’engagement de l’Appel de Christchurch, à savoir, le soutien aux petites plateformes pour qu’elles se donnent les moyens de supprimer ces contenus.

Le Canada outillera les jeunes leaders à aider à façonner le paysage d’Internet en participant à la création d’un sommet de la jeunesse sur la lutte contre l’extrémisme violent en ligne. Cet événement rassemblera des jeunes qui veulent en savoir davantage sur le terrorisme et l’extrémisme violent en ligne et mettre au point des outils capables de repousser ce contenu et décourager la diffusion de ce contenu. Des représentants d’entreprises de technologie, dont Twitter, Facebook, Microsoft et Google, aideront à orchestrer l’événement et collaboreront directement avec les jeunes pour élaborer des idées qui peuvent être diffusées largement parmi leurs pairs.

Ces initiatives complèteront les mesures que le gouvernement du Canada prend déjà pour contrer l’extrémisme violent et le terrorisme sur Internet, ce qui est l’une des priorités dans le cadre de la Stratégie nationale de lutte contre la radicalisation menant à la violence annoncée en décembre 2018.

Grâce au Fonds pour la résilience communautaire, qui appuie les partenariats et l’innovation dans la lutte contre la radicalisation menant à la violence au Canada, des projets sont déjà en cours pour contrer l’extrémisme en ligne. Voici certains projets :

  • Un versement de 1,5 million de dollars à Moonshot CVE pour son projet Canada Redirect, qui utilise des outils de publicité en ligne et des comptes vidéo sur Internet pour diriger les personnes vers le contenu créé par des tiers crédibles qui questionnent les idéologies qui encouragent des attitudes et des comportements destructeurs.
  • Un versement de 107 146 dollars à HabiloMédias pour son projet pour repousser la haine en ligne, qui a comme objectif d’étudier les interventions des jeunes Canadiens vis-à-vis du discours haineux en ligne.
  • Un versement de 366 985 $ à l’Institut universitaire de technologie de l’Ontario afin de mettre à point son examen de l’environnement de l’extrême droite au Canada.

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement du Canada a publié une mise à jour à la liste d’entités terroristes dans le Code criminel. Pour la première fois, deux groupes d’extrémisme de droite ayant une présence au Canada ont été ajoutés : Blood & Honour et Combat 18.

Citations

« L’impact du contenu terroriste et extrémiste en ligne s’étend à de plus en plus de personnes. Ce contenu encourage la violence et le carnage odieux. Aujourd’hui, le gouvernement du Canada a pris des mesures pour contrer la violence et la haine en ligne, et respecter nos engagements envers l’Appel de Christchurch. », a déclaré le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale.

Faits en bref

  • Le 15 mai 2019, le premier ministre Justin Trudeau s’est joint à la première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, à d’autres dirigeants gouvernementaux et à des chefs de file de l’industrie pour adopter l’Appel à l’action de Christchurch, un engagement mondial pour éliminer le contenu terroriste et extrémiste violent en ligne.
  • Dans le cadre de l’Appel à l’action de Christchurch, les gouvernements et les fournisseurs de services en ligne prennent des engagements volontaires et collectifs en vue d’empêcher les gens d’utiliser l’Internet pour promouvoir ou glorifier le terrorisme. Ils s’engagent notamment à :
    • Bâtir des communautés plus inclusives et plus résilientes afin de contrer la radicalisation menant à la violence;
    • Faire respecter les lois qui empêchent la production et la propagation de contenu en ligne à caractère terroriste et extrémiste;
    • Encourager les médias à respecter des règles d’éthique lorsqu’ils traitent d’incidents de terrorisme, pour éviter d’amplifier le contenu terroriste et lié à l’extrémisme violent.
  • Le Centre canadien d’engagement communautaire et de prévention de la violence dirige les efforts du gouvernement du Canada pour lutter contre la radicalisation menant à la violence et collabore avec les gouvernements de tous ordres, les organismes sans but lucratif, les collectivités, les jeunes, les praticiens de première ligne, le milieu universitaire, les organismes d’application de la loi et les organisations internationales.
  • Le Canada continue de travailler avec ses partenaires du Groupe des cinq, dans le cadre de la réunion ministérielle des cinq pays, et les pays du G7 de sorte à collaborer avec l’industrie numérique, notamment dans la foulée du Forum mondial d’Internet contre le terrorisme (GIFCT) dirigé par Facebook, Google, Twitter et Microsoft, pour régler les problèmes liés à l’exploitation de l’Internet pour promouvoir l’extrémisme violent et le terrorisme.
  • Le 16 mai 2019, le ministre Goodale a annoncé l’élargissement des coûts admissibles en vertu du Programme de financement des projets d’infrastructure de sécurité pour les collectivités à risques, ce qui aide les collectivités à mettre en place des mesures pour les protéger de crimes haineux. La liste des mises à niveau en matière d’infrastructure comprendra désormais des améliorations de sécurité aux portes, aux fenêtres, aux intercoms, aux haut-parleurs et des rénovations mineures. Les organisations admissibles qui ont plusieurs emplacements peuvent désormais envoyer une demande pour des projets sur chaque emplacement, plutôt que de se limiter à un projet par année.