Raytheon et United Technologies annoncent leur fusion

(Jim Watson/AFP)
Temps de lecture estimé : 1 minute
Les poids lourds de l’industrie américaine de l’aéronautique et de la défense Raytheon et United Technologies ont annoncé dimanche un accord de fusion qui va créer l’un des plus grands groupes mondiaux de ces secteurs.

La fusion par échange d’actions devrait être finalisée au premier semestre de 2020, ont indiqué les deux groupes dans un communiqué commun.

La nouvelle entité, qui rassemble des portefeuilles très complémentaires des deux entreprises aussi bien dans le secteur aéronautique que de la défense, s’appellera Raytheon Technologies Corporation, ont précisé les deux groupes.

Le nouvel ensemble aura un chiffre d’affaires combiné de quelque 74 milliards de dollars en 2019.

Les actionnaires de Raytheon recevront 2,3348 actions United Technologies pour chacun de leur titre. Une fois la transaction achevée, les actionnaires de UTC détiendront 57% de la nouvelles entité et ceux de Raytheon les 43% restant,précise le communiqué.

Raytheon ce sont notamment les missiles anti-missiles Patriot, devenus célèbres pendant la première guerre du Golfe ou encore les missiles de croisière Tomahawk, dont les images spectaculaires du lancement la nuit d’un navire de l’US Navy marquent souvent le début d’un conflit.

United Technologies fait lui partie de l’aristocratie de l’aéronautique avec ses moteurs Pratt and Whitney, civils ou militaires (ils équipent notamment l’avion de combat multirôle F-35, considéré comme l’un des plus avancés au monde).

United Technologies va poursuivre –et compléter au premier semestre de 2020– son opération de séparation de ses activités dans les ascenseurs (Otis) et les systèmes de réfrigération et de climatisation Carrier, qui retrouveront leur indépendance.