Photo de la compagnie sous les Épées de la victoire à Bagdad. 113 personnes de la Compagnie protection de la Mission de l'OTAN Iraq.
Temps de lecture estimé : 2 minutes

Après six mois de mission en Irak, une centaine de militaires de Valcartier sont enfin revenus au pays. 45eNord.ca s’est entretenu avec le major Nicholas George, commandant du Groupe-compagnie de protection de la force (roto 0) en Irak.

L’Opération IMPACT existe depuis 2014, mais depuis moins d’un an une autre mission s’est greffée à celle-ci: la mission de l’OTAN en Irak.

Commandée par le major-général Dany Fortin, c’est une mission d’instruction et de renforcement de capacités ne comportant aucune composante de combat menée dans le respect total de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Irak. Elle a été désignée pour aider à renforcer les forces de sécurité irakiennes et les institutions d’éducation militaire de ce pays pour permettre aux forces irakiennes d’empêcher le retour du groupe armé État islamique.

Les militaires du 1er Bataillon Royal 22e Régiment et du 12e Régiment blindé du Canada qui sont de retour appartenaient au Groupe-compagnie de protection de la force, c’est à dire qu’ils escortaient sur le terrain les instructeurs et les conseillers d’un point A au point B.

Le major George estime que ses troupes ont effectué 1500 déplacements en six mois pour un total de personnes escortées de 3000. «Ça c’est super bien passé. Nous on était là pour minimiser les risques, où ça pouvait être chaud», explique-t-il.

Pour sa première fois en Irak, Nicholas George dit avoir été impressionné de voir la ville de Bagdad par ses propres yeux. «Voir Bagdad en 2019, après la guerre, c’est pas du tout comme dans les films. C’est impressionnant à voir. Les gens ici sont un peuple qui veut passer à autre chose, ils veulent rebâtir leur pays».

En tant que roto 0, le Groupe-compagnie de protection de la force devait notamment établir et évaluer les différentes routes à prendre pour amener les instructeurs. «En tant que rotor 0 on partait vraiment de zéro et on devait bâtir quelque chose».

Qui dis roto 0, dis roto 1. Et c’est donc maintenant au tour d’autres membres de Valcartier, notamment ceux du 5e Régiment d’artillerie légère du Canada, de prendre la suite et de poursuivre la mission qui leur a été donnée en Irak, pour les six prochains mois.

Voir la vidéo sur YouTube ­­>>